/finance
Navigation

Les Desmarais échaudés par Sagard

Un mauvais placement a anéanti la majeure partie des profits réalisés par le fonds depuis sa création en 2005

Les frères André et Paul Desmarais fils ont participé hier à l’assemblée annuelle des actionnaires de Power Corporation, à Toronto.
Photo Agence QMI, Dominic Chan Les frères André et Paul Desmarais fils ont participé hier à l’assemblée annuelle des actionnaires de Power Corporation, à Toronto.

Coup d'oeil sur cet article

TORONTO | Après avoir pâti d’un investissement qui a mal tourné l’an dernier, Power Corporation a décidé de faire le ménage dans son fonds Sagard Holdings, centré sur l’Amérique du Nord.

Sagard Holdings a fait perdre 63 millions de dollars à Power l’an dernier, le pire résultat du fonds depuis sa création, en 2005.

« Nous avons eu des pertes sur un investissement qui, malheureusement, ont effacé les gains que nous avions faits sur plusieurs autres investissements », a expliqué hier Paul Desmarais fils, président du conseil et co-chef de la direction de Power Corporation, après l’assemblée annuelle de l’entreprise tenue à Toronto.

M. Desmarais n’a pas voulu spécifier de quel investissement il s’agissait, mais on sait que l’un des principaux placements de Sagard Holdings, IntegraMed, a connu une perte de valeur de 66 millions de dollars en 2018.

IntegraMed exploite des cliniques de fertilité, dont le réseau Procrea au Canada.

Depuis 2005, Power a encaissé des profits de 27 millions $ avec Sagard Holdings, ce qui représente à peine 4,4 % des 616 millions $ investis au fil des ans. En comparaison, les fonds Sagard en Chine et en Europe ont généré des plus-values de 166 % et de 70 % respectivement.

Dans l’espoir de corriger le tir, « Sagard Holdings a mis fin à sa stratégie relative aux actions de sociétés ouvertes de moyenne capitalisation aux États-Unis », a indiqué Paul Desmarais fils.

Des têtes roulent

« L’équipe ne performait pas à la hauteur des attentes, alors nous l’avons complètement changée », a précisé le dirigeant. Notons que son fils, Paul Desmarais III, est PDG de Sagard Holdings depuis 2014.

Pour diversifier ses risques, Sagard Holdings s’est récemment lancé dans deux nouveaux secteurs d’activité : le prêt aux entreprises et les investissements en santé.

Selon Paul Desmarais fils, l’investissement que Sagard Holdings a fait en 2017 dans l’entreprise américaine Peak Achievement Athletics, qui détient notamment les marques de sport Bauer et Easton, « connaît beaucoup de succès ».

La Presse

Les frères André et Paul Desmarais fils ont participé hier à l’assemblée annuelle des actionnaires de Power Corporation, à Toronto.
Photo Pierre-Paul Poulin

Les Desmarais n’excluent pas de donner un autre coup de main à La Presse, qui vient de demander de l’aide à Québec. « Est-ce que l’on donnerait des montants énormes ? Reste à voir ce qui est nécessaire, et on verra à ce moment-là », a déclaré hier André Desmarais. Son frère Paul fils a toutefois tenu à rappeler que Power Corporation a versé 50 M$ au moment de se départir du quotidien, en juillet.

Paradis fiscaux

Les frères André et Paul Desmarais fils ont participé hier à l’assemblée annuelle des actionnaires de Power Corporation, à Toronto.
Photo Reuters

Paul Desmarais fils a défendu la création récente d’entités aux îles Caïmans, où l’impôt est minimal. « On n’a pas d’abris fiscaux quand on va aux îles Caïmans, a-t-il insisté. On paye nos impôts, tout ça est déclaré. » Il a noté que des filiales de Power étaient déjà présentes aux Bermudes. Des accords internationaux font en sorte que pour les fonds qui transitent par ces pays, « la fiscalité passe d’une façon sans [...] frottement », a-t-il soutenu.

Lafarge et Total

Les frères André et Paul Desmarais fils ont participé hier à l’assemblée annuelle des actionnaires de Power Corporation, à Toronto.
Photo AFP

Interrogé en 2017 par la police belge à propos des activités de LafargeHolcim en Syrie, Paul Desmarais fils a assuré qu’« il n’y a rien de nouveau » le concernant dans ce dossier. Il a noté que l’ancien PDG du cimentier, Eric Olsen, a récemment obtenu la levée de sa mise en examen dans cette affaire. Par ailleurs, notons que Power Corporation vient de compléter son retrait de la pétrolière française Total.

Visitez qub.radio pour ne rien manquer de notre programmation quotidienne et de nos baladodiffusions