/news/currentevents
Navigation

Une gardienne coupable de voies de fait remise en liberté pendant l’appel

Elizabeth Pelletier-Boissonneault
Photo d'archives, Facebook La gardienne de la Beauce, Élizabeth Pelletier.

Coup d'oeil sur cet article

La gardienne de la Beauce condamnée à un an de détention pour des voies de fait causant des lésions sur un bébé de 10 mois a pu bénéficier d’une libération pendant les procédures d’appel du verdict.

Le 10 mai dernier, Élizabeth Pelletier prenait le chemin des cellules après que la juge Manon Lavoie eut prononcé une peine de 12 mois d’emprisonnement pour son crime. Dès le verdict de culpabilité, l’avocat de l’accusée, Me Yves Savard, avait annoncé son intention d’en appeler du verdict de culpabilité.

« Pas futiles »

Mercredi, la Cour d’appel, qui estime que « les motifs d’appel ne sont pas futiles », a permis à l’ex-gardienne de recouvrer sa liberté pendant cette procédure. « La peine imposée de douze mois risque d’être complètement purgée avant que l’appel ne puisse être entendu », explique la décision.

Pendant le procès, l’accusée avait reconnu avoir « couché fort dans son parc » le bambin de 10 mois.