/opinion/columnists
Navigation

Au diable, les Patriotes!

Coup d'oeil sur cet article

Dimanche dernier, le gala Artis s’est déroulé avec splendeur et respectabilité. Mais le choix musical anglicisant me donnait parfois l’impression que je n’étais plus au Québec. Et au milieu de cette assemblée, nous retrouvions Nathalie Roy, ministre responsable de la langue française, obligée d’écouter cette avalanche de chansons anglo-américaines.

Nos vedettes du petit écran choisissent apparemment des tounes en anglais pour aller recevoir leur trophée. Nos chanteurs québécois se vengent-ils en écoutant exclusivement des séries Netflix ou HBO ? Ce serait de bonne guerre.

Au revoir, société distincte québécoise. Rebonjour-Hi, Canada français complexé « plogué » sur les States. Long time, no see !

Vive la reine

Le lundi 20 mai, ce sera la fête des Patriotes, ceux à qui nous devons la démocratie. Nos petits vendeurs du temple, par arrogance, ignorance ou mépris, affichent de plus en plus souvent que la boutique sera fermée pour le Victoria Day ou fête de la Reine.

C’est le cas dans un Provigo non loin de chez moi où, soit dit en passant, on appose les boîtes sur les étagères pour montrer le côté anglais sous le prétexte de « respecter » ainsi ceux qui ne parlent pas le français.

Feu Dollard

En 2002, Bernard Landry a officialisé cette Journée nationale des patriotes. Était-ce une erreur de supprimer celle de Dollard des Ormeaux, qui avait si longtemps servi ? C’était cautionner le mythe infamant dont on accable injustement ce héros de la Nouvelle-France et, avec lui, tout aussi injustement, toute la Nouvelle-France. En s’aplaventrissant, on a ouvert les vannes : le discrédit immérité a rejailli sur nos ancêtres et sur nous aussi.

Pas étonnant que nos Patriotes se fassent superbement ignorer : ils se sont battus pour apporter la démocratie à des imbéciles dont les vedettes préférées réclament de la musique américaine pour recevoir leurs trophées devant la ministre responsable de la langue. Que la consigne soit donc l’an prochain, avec un tapement de poing sur la table : musique québécoise exclusivement !