/news/provincial
Navigation

Au municipal, chacun campe sur ses positions

Coup d'oeil sur cet article

L’Enquête origine-destination (EOD), dont les conclusions ont été publiées jeudi, a permis aux élus municipaux de Québec et de Lévis de conforter leurs positions déjà connues.

Pour Rémy Normand, président du Réseau de transport de la Capitale (RTC), l’Enquête illustre l’urgence — pour la Ville de Québec — de se doter d’un Réseau de transport en commun structurant et d’offrir ainsi « des options concurrentielles de déplacements » aux citoyens.

Raisonnement diamétralement opposé chez le maire de Lévis, Gilles Lehouillier. Selon ce dernier, la priorité demeure de construire un troisième lien, puisque le transport en commun ne permettrait pas de résorber la congestion routière grandissante.

Hausse récente

M. Normand n’a pas été surpris des constats de l’EOD, selon lesquels il y a eu une baisse de l’usage du transport en commun, entre 2011 et 2017, dans l’agglomération de Québec.

Par contre, il a insisté pour dire que l’achalandage au RTC a augmenté depuis 2017.

« En 2018, le RTC a atteint un nombre historique de 155 000 clients mensuels différents. Ce nombre confirme que la bonification des services répond à la demande de la population », a-t-il analysé.

Troisième lien

Plus tôt en journée, M. Lehouillier a toutefois affirmé que les gains d’une amélioration du transport en commun «ne seront pas suffisants pour améliorer significativement la fluidité de la circulation et réduire la congestion routière».

Dans ce contexte, le troisième lien est « plus que jamais nécessaire », a-t-il martelé.

Sans surprise, il a reçu l’appui du chef de l’opposition à Québec. Jean-François Gosselin s’est dit « d’accord avec les conclusions du ministre (François Bonnardel) que ça prend un troisième lien, toujours à l’est. C’est clair qu’il en a fait la démonstration ».

De son côté, Étienne Grandmont, directeur général d’Accès transports viables (ATV), s’en est pris au troisième lien.

« C’est tellement un projet difficile à défendre qu’on fait dire ce qu’on veut aux chiffres (en traçant) une ligne en plein centre des deux villes de Québec et de Lévis », a-t-il affirmé.