/news/politics
Navigation

Le Bloc veut faire taire les autres partis

La loi sur la laïcité doit se régler au Québec, estiment-ils

Yves Francois Blanchet
Photo d'archives, Simon Clark Yves-François Blanchet en octobre 2018.

Coup d'oeil sur cet article

Le Bloc québécois demande aux autres partis fédéraux de ne pas se mêler du dossier de la laïcité au Québec.

C’est aujourd’hui que le Bloc québécois déposera son mémoire devant l'Assemblée nationale.

Le parti d’Yves-François Blanchet souhaite « sonner l’alarme et faire œuvre utile », en contribuant au débat sur la laïcité.

Il souhaite amener les Québécois un peu plus loin dans leur réflexion.

Publicité percutante

Il y a un mois, le Bloc québécois a affiché ses couleurs concernant le projet de loi sur la laïcité.

Notamment à l’aide de panneaux publicitaires sur lesquels il était écrit « Le Québec sait ce qui est bon pour le Québec. Merci. »

Qui sont les hommes et les femmes derrière nos politiciens? Emmanuelle présente... un balado animé par Emmanuelle Latraverse.

« Le Bloc a pris une position claire, on défend bec et ongles ce projet de loi », a-t-il dit. Il a quand même précisé que son parti ne prendra pas de position spécifique « sur les mesures contenues dans le projet de loi 21 ».

Il souligne également aux autres partis du gouvernement fédéral que ce n’est pas à eux de dicter leurs commandes.

Dans son mémoire déposé ce matin, le Bloc québécois rappelle que seule l’indépendance du Québec mettrait fin à la confusion du message envoyé aux nouveaux arrivants concernant la laïcité.

Selon le parti, le nouvel arrivant n’aurait plus à se poser de questions sur le fond du message envoyé par le Canada et ultimement par celui du Québec.

« Ainsi, un immigrant qui choisit le Québec ne viendra plus dans une province canadienne multiculturaliste, mais bien dans un pays francophone et laïque », pouvons-nous lire dans le mémoire.

Optimisme électoral

Quant aux prochaines élections, il demeure optimiste et croit au bon jugement des Québécois.

« Il nous reste encore cinq mois pour mériter la confiance du Québec », a conclu M. Blanchet.

Il demeure prudent, mais serait très satisfait de pouvoir compter sur l’appui de 20 % des électeurs du Québec.