/sports/golf
Navigation

Molinari fier de son combat à Augusta

Francesco Molinari soutient avoir appris de sa mésaventure à Augusta, lors de la dernière ronde.
Photo AFP Francesco Molinari soutient avoir appris de sa mésaventure à Augusta, lors de la dernière ronde.

Coup d'oeil sur cet article

FARMINGDALE, N.Y. | Francesco Molinari a pris quelques pas de recul après sa déconfiture en ronde finale du Tournoi des Maîtres il y a un mois. De mauvais élans ont couru à sa perte, mais il est fier du combat qu’il a livré.

Le temps arrange les choses, dit le dicton. Il pose un baume sur une plaie vive. Celle de l’Italien, qui a échappé le veston vert aux griffes de Tiger Woods sur le retour de l’Augusta National, n’était pas si douloureuse, selon ses dires. Il a rapidement analysé ses performances et ce qui a mal viré.

« Je ne pouvais pas être satisfait, mais j’ai pu voir la situation différemment. J’étais fier de mon combat du dimanche. J’étais heureux de mon jeu, même si j’espérais un résultat différent en début de journée. »

Position inhabituelle

Pour la première fois de sa carrière, le golfeur européen âgé de 36 ans menait un tournoi du Grand Chelem à l’aube de la ronde finale. Quand il a remporté l’Omnium britannique l’an dernier, à Carnoustie, il s’était emparé de la tête au beau milieu du retour.

« Il me restait quatre trous à jouer en Écosse, on n’a pas vraiment le temps de réfléchir à cette position de tête. C’est rapidement terminé. À Augusta, c’était différent. J’y ai pensé de longues heures », a raconté celui qui avait contracté un petit virus de ses enfants durant la semaine et qui l’avait ralenti.

Molinari met ses péripéties des 12e et 15e trous à Augusta dans son coffre à outils. Il espère maintenant que cette expérience puisse le servir dans le futur.

« Il faut que je me place en position de tête le plus souvent possible. On va en gagner quelques-uns et en perdre quelques-uns, a-t-il dit. Personne n’est imbattable. J’espère mener de grands tournois et profiter de la chance aux bons moments. »

Perfection

Avec la refonte du calendrier comptant des tournois d’envergure chaque mois de mars à juillet, Molinari est rapidement remonté en selle. Jeudi à Bethpage, il a retrouvé Woods et Koepka, ses grands rivaux du Masters, alors que les trois golfeurs forment un trio sur le Black Course lors des deux premières rondes du Championnat de la PGA.

Même si Koepka l’a battu par neuf coups en prenant la tête, Molinari n’a pas baissé les bras avec sa ronde initiale de 72 (+2). À ses 10 présences à ce championnat, il a toujours résisté au couperet, enregistrant au passage trois tops 10. En 2017, il avait pris le deuxième rang, deux coups derrière Justin Thomas à Quail Hollow.

Devant la bruyante foule new-yorkaise, il a observé qu’il est soutenu par bon nombre de partisans.

« La communauté italienne est très présente à New York et elle le fait entendre depuis le début de la semaine. J’ose croire que j’aurai plus de fans derrière moi qu’à Augusta. »

En effet, durant le week-end du Masters, il était considéré comme l’ennemi public numéro un, alors que la vaste majorité des spectateurs s’était évidemment rangée derrière Woods.