/news/currentevents
Navigation

Victime de ses propres méthodes: tué pour venger le clan Rizzuto

Des soupçons planaient sur le mafieux Salvatore Scoppa pour les meurtres de trois influents opposants

Coup d'oeil sur cet article

Le meurtre retentissant d’un mafioso dans un hôtel bondé, à Laval, le 4 mai, pourrait constituer d’ultimes représailles aux assassinats de trois piliers du clan Rizzuto.

C’est l’une des principales hypothèses envisagées par les policiers pour expliquer la mort du redoutable Salvatore Scoppa, criblé de balles par un tireur qui a vidé deux chargeurs en sa direction lors d’une fête familiale à l’hôtel Sheraton.

Selon nos sources, des soupçons planaient au-dessus de la victime en lien avec les meurtres de Lorenzo Giordano, de Rocco Sollecito et de Vincenzo Spagnolo, trois influents vétérans du clan Rizzuto qui sont eux aussi tombés sous les balles d’un tireur, à Laval, il y a trois ans.

On ignore le rôle exact que les policiers soupçonnaient Scoppa d’avoir joué dans ces meurtres. Il n’a toutefois jamais été arrêté ni accusé relativement à ces crimes.

Frictions et exil

Au moment de leur décès, Giordano était considéré comme un aspirant parrain de la mafia, tandis que Sollecito en fut un chef intérimaire.

Spagnolo avait été un proche confident et ami du parrain Vito Rizzuto, emporté par la maladie en décembre 2013.

Ces trois règlements de compte perpétrés par des tueurs professionnels avaient porté un dur coup au clan Rizzuto, dont plusieurs observateurs prédisaient alors la fin.



Dans le monde interlope, on savait depuis longtemps que Scoppa, 49 ans, était à couteaux tirés avec la faction sicilienne de la mafia montréalaise.

Le Lavallois avait même dû s’exiler au Mexique durant l’automne 2015 après avoir été avisé par la police que des groupes du crime organisé avaient mis un contrat sur sa tête, selon ce qu’avait révélé notre Bureau d’enquête.

En août 2015, des leaders de la mafia et des gangs de rue ont été enregistrés à leur insu par la police en train de discuter de la possibilité de mettre « une balle dans la poitrine » de Sal Scoppa pour « garder le contrôle sur la ville ».

Deuxième tentative

Revenu au Québec, Salvatore Scoppa a échappé à une première tentative de meurtre lorsqu’il a été atteint d’un projectile à un bras par un tireur en sortant d’un restaurant à Terrebonne, le soir du 21 février 2017.

Un présumé tueur à gages lié au clan Rizzuto, Frédérick Silva, est présentement détenu et accusé de ce crime.

La Sûreté du Québec, qui est chargée de l’enquête sur l’assassinat de Scoppa, il y a 12 jours, n’a pas confirmé ni commenté nos informations.

Le crime organisé se trouve maintenant sous une pression policière intensifiée à la suite de ce meurtre « inacceptable » qui aurait pu faire des victimes innocentes, a dénoncé le chef de police de Laval, Pierre Brochet.

Cette exécution, aussi téméraire que spectaculaire, et l’attention accrue des policiers ne font pas l’affaire des Hells Angels, dont certains ont exprimé leur mécontentement, rapportait Le Journal, hier.

– Avec Félix Séguin, Bureau d’enquête

Rocco Sollecito

27 mai 2016

Photo d’archives

Chef intérimaire de la mafia criblé de balles après avoir fait un arrêt obligatoire au volant de son luxueux VUS blanc près d’un abribus où un tireur l’attendait, sur le boulevard Saint-Elzéar Ouest, à Laval. Homme de confiance du défunt parrain Vito Rizzuto, il était aussi le père de Stefano Sollecito, qui a lui aussi dirigé la mafia de 2014 à 2015.

Lorenzo Giordano

1er mars 2016

Photo d’archives

Homme fort du clan Rizzuto, connu pour son caractère bouillant, il est abattu dans le stationnement du Carrefour Multisports où il allait s’entraîner, à Laval. Considéré comme un aspirant parrain, le mafioso de 52 ans venait d’obtenir sa libération conditionnelle après avoir purgé la majorité d’une peine de 10 ans dans l’opération Colisée.

Vincenzo Spagnolo

15 octobre 2016

Photo d’archives

L’homme de 65 ans s’est fait tirer chez lui, à sa résidence du quartier Vimont, à Laval. La victime était un confident et ami de longue date du défunt parrain Vito Rizzuto. Son fils Nicola aurait aussi siégé à la table de direction de la mafia montréalaise.