/portemonnaie/theonepercent
Navigation

Comment les arnaqueurs font-ils pour escroquer les riches?

Coup d'oeil sur cet article

Les histoires d’arnaqueurs qui se déguisent et usent de multiples stratagèmes pour dépouiller les dames et messieurs de ce monde sont souvent attrayantes. Elles font appel à une certaine admiration que l’on porte aux subterfuges. Le site The Cut s’est intéressé à la question et a ressorti les habitudes de ces bandits élégants.

Ils paraissent riches

La richesse appelant la richesse, ce n’est pas en ayant l’air d’un homme ordinaire que l’on peut entrer dans les cercles fermés des grandes fortunes. Il faut donc connaître les codes et entretenir une image, jusqu’à embellir son nom de quelques titres.

De fait, les arnaqueurs doivent à tout prix se fondre dans l’élite.

Victor Lustig, arnaqueur connu pour avoir vendu la tour Eiffel sans la posséder dans les années 1920, s’était affublé du titre de Comte Lustig. Il prenait ses rendez-vous à l’Hôtel de Crillon, un chic établissement de Paris, s’habillait de tenues belles et chères et se manucurait impeccablement les mains.

Mais les beaux jours ne durent pas. Le célèbre imposteur a fini ses jours dans la prison d’Alcatraz, au large de San Francisco.

 

Ils se créent une histoire

Les grands arnaqueurs se dessinent une histoire de fond qui justifie leurs actions, explique leur supposée fortune et parfois même leur crée des opportunités. Il y en a un qui avait une sacrée histoire.

Raffaello Follieri, un autre célèbre arnaqueur, s’est appuyé sur l’Église catholique pour entrer dans la haute bourgeoisie new-yorkaise et escroquer quelques grands noms comme les Clinton.

Après être arrivé à New York à 25 ans, Follieri s’est fait passer pour un proche du Vatican qui voulait aider l’Église à se débarrasser de ses propriétés. Pour rendre la chose plus réaliste, il a installé un autel dans son bureau et a embauché une nonne pour réceptionniste.

Il a donc pu attirer des investisseurs dont l’argent n’allait pas dans des propriétés catholiques, mais dans le train de vie opulent de Raffaello. Durant cette période, il était le conjoint de la célèbre actrice Anne Hathaway.

Entre autres dépenses, un loyer mensuel de 37 000 dollars et un vol en jet privé à 107 000 dollars pour rejoindre une soirée luxuriante de Nouvel An.
Mais toute chose a une fin, même les arnaques bien ficelées. Follieri a été démasqué, a servi une peine de 4 ans et demi de prison et a été déporté vers l’Italie, son pays natal.

REUTERS

 

Ils inspirent confiance

Les arnaqueurs n’hésitent pas à être généreux, à soutenir certaines personnes ou à les amener à compter sur eux pour un service. Cela crée un sentiment de confiance et de réciprocité.

Après cela, ils peuvent demander la pareille sans aucun risque d’être soupçonné de quoi que ce soit.

Anna Sorokin, arnaqueuse qui s’était fait passer pour une héritière allemande à New York, a payé de nombreuses factures pour des soirées mondaines, régalant ainsi ses potentielles victimes avant de les alléger de quelques deniers. 

Elle encourt aujourd’hui une peine de prison de 4 à 12 ans après avoir tenté l’arnaque de trop.

AFP

 

Ils font leurs recherches

Les fraudeurs experts ne plongent pas aveuglément dans les hautes sphères. Ils s’informent auparavant.

Interrogée par The Cut, Maria Konnikova, une auteure qui a investigué la psychologie de ces personnes pour écrire un livre, révèle que les escrocs «font des recherches méticuleuses et connaissent leurs victimes».

L’écrivaine explique que la première étape des opérations d’arnaque consiste en une phase d’observation au cours de laquelle le filou cherche à comprendre leur victime et ses motivations.

À partir de cela, les arnaqueurs s’adaptent et se créent un statut adéquat pour accomplir leurs combines.

Ils en font juste assez

Pour se fondre dans l’élite, il est important pour les prestidigitateurs du crime de ne pas trop en faire. L’extravagance trahit le faux riche.

Il leur faut plutôt répondre à certains standards de tenue et maîtriser certains signaux éloquents. Une experte en image personnelle interrogée par The Cut affirme que les riches sont rarement tapageurs avec leur argent. Par contre, ils prennent soin d’eux.

Mains manucurées, cheveux coiffés et autres attentions particulières permettent de conserver une noble allure, de celles qui ouvrent les portes.

Ils s’identifient aux riches

Au moins, ils font semblant.

Les voyages à Paris, les dîners luxueux, les suites présidentielles. Partager les mêmes expériences crée un sentiment d’association qui permet de se faufiler incognito dans les milieux les plus privés.

Une fois que ces caractéristiques sont mises en scène, les arnaqueurs peuvent tranquillement profiter des tours que nous joue notre psychologie. Ils usent notamment de l’effet halo qui nous donne l’impression que si une personne a une qualité, elle doit en avoir d’autres. Par exemple, cette personne se tient bien, elle doit être intelligente.

Ce n’est pas rationnel, mais ça marche. Et les arnaqueurs savent utiliser cela à leur avantage.

Pour autant, comme on peut le voir, ils finissent toujours par se faire attraper. 

 

Suivez-nous sur
les réseaux sociaux