/news/politics
Navigation

Envoi postal massif pour un possible référendum

L’aide à une école de Saint-Augustin ne fait pas l’unanimité

Coup d'oeil sur cet article

La Ville de Saint-Augustin a expédié par la poste vendredi un avis public à tous ses contribuables pour les informer de la possibilité de déclencher un référendum sur l’aide financière de 1,7 M$ destinée à l’agrandissement de l’école des Pionniers.

Un tel effort de communication est hors du commun, reconnaît le maire Sylvain Juneau. Habituellement, la Ville se contente de diffuser les avis publics sur son site web et dans un journal local.

Mais le caractère « exceptionnel » de cette subvention municipale à la Commission scolaire des Découvreurs justifiait l’envoi postal de masse afin de rejoindre les quelque 8500 adresses civiques de la municipalité, selon lui, en raison du contexte financier difficile à la municipalité, réputée pour son compte de taxes le plus élevé de la région de Québec.

« C’est une aide financière qu’on donne à une tierce partie, et c’est un montant important, alors on a choisi de le publiciser », a-t-il confié en entrevue.

Qui sont les hommes et les femmes derrière nos politiciens? Emmanuelle présente... un balado animé par Emmanuelle Latraverse.

« L’heure juste »

Le maire, qui s’est senti obligé d’honorer un engagement pris par l’ancienne administration, s’est défendu de vouloir torpiller le projet d’agrandissement du pavillon Laure-Gaudreault.

« C’est un très bon projet, mais à un moment donné, l’argent n’est pas infini... Là, les gens ne pourront pas dire qu’ils ne le savaient pas. Tout le monde aura eu l’heure juste. Et s’ils disent qu’on va de l’avant, parfait, on va de l’avant. »

Les registres à l’hôtel de ville seront ouverts de 9 h à 19 h à l’hôtel de ville mardi, mercredi et jeudi prochain.

« Ça prend 1521 signatures [pour forcer la tenue d’un référendum], alors ça m’étonnerait que les gens signent à ce point-là. »

Seul le conseiller municipal Marcel Desroches s’est opposé ouvertement au versement de la somme de 1,7 M$, à laquelle il faut ajouter le don d’un terrain évalué à 590 000 $.

« Moi, je calcule que c’est peut-être trop demander aux gens de Saint-Augustin », a-t-il martelé mardi dernier lors d’une séance extraordinaire.

Pas d’inquiétude à la Commission

Le président de la Commission scolaire des Découvreurs, Alain Fortier, ne croit pas que le projet de 10 M$ (financé aussi par la Commission scolaire et le gouvernement) soit réellement menacé, même si un référendum devait avoir lieu.

Il rappelle que les futures installations sportives seront aussi accessibles à l’ensemble des Augustinois en vertu d’une entente.

« Je ne peux pas croire que la population va trouver, tout à coup, qu’il y a là une dépense inutile... Pour une fois qu’on a un beau projet, c’est juste positif et ça va nous permettre de garder nos élèves dans notre réseau public jusqu’en secondaire 5 à Saint-Augustin. »