/news/society
Navigation

Hommage pleinement mérité à Helder Duarte

Un parc de Lac-Beauport est nommé en mémoire de l’ex-entraîneur de soccer décédé en février dernier

Helder Duarte
photo courtoisie

Coup d'oeil sur cet article

Le parc que Helder Duarte a grandement contribué à bâtir à Lac-Beauport porte maintenant son nom.

Si plusieurs ont en tête ses succès avec le programme de soccer féminin du Rouge et Or de l’Université Laval, qu’il a lancé en 1995, et son travail inlassable à l’Association régionale de soccer de Québec, Duarte a aussi été l’instigateur de l’explosion du club de Lac-Beauport, qui ne comptait que 200 membres, principalement des adultes, quand il a débarqué dans la municipalité en 1994, et qui en dénombre maintenant 600. Duarte est décédé subitement le 21 février dernier, victime d’une crise cardiaque.

« Sans Helder, nous n’aurions pas cette extraordinaire zone soccer, a mentionné le maire Michel Beaulieu, vendredi, avant de dévoiler la plaque rendant hommage à Duarte en présence de politiciens des différents paliers de gouvernement, de l’exécutif de l’Association de Lac-Beauport, des jeunes du club et d’amis. C’était important que ça ne soit pas seulement le terrain qui porte son nom, mais la zone aussi. Il est le grand artisan de tout ce qui s’est passé ici. Nous avons été chanceux d’avoir Helder et c’était important d’assurer la pérennité de sa contribution. »

La conjointe de Duarte se souvient très bien de l’arrivée du couple dans la municipalité. « Le terrain ressemblait à un champ de patates et les locaux de l’Association régionale de soccer de Québec (ARSQ) étaient assez loin, que je me disais qu’il allait passer plus de temps à la maison, mais je devais lui rappeler notre adresse à l’occasion, a raconté France Gauthier, portant un chandail aux couleurs du Rouge et Or. On a partagé Helder. Je n’ai pas de regret et je suis fière. C’est un hommage plus grand que nature. Sa mission sur terre est terminée, mais son héritage va se poursuivre. Cet hommage est un baume sur nos cœurs et nous aurons un sourire quand nous passerons devant le parc. »

Une vision

Aux premières loges aux côtés de Duarte, Vincent Fortier se souvient très bien de la réaction du milieu du soccer quand ils ont annoncé leurs couleurs pour développer le club. « Nous avions une vision du niveau AAA et tous riaient de nous, a-t-il souligné. En étant tenaces et patients, nous étions convaincus d’y arriver. Je suis fier de chaque seconde investie, et c’est le fun que la municipalité lui dise merci de cette façon. C’est impossible de compter tout le temps que Helder a mis ici. »

Premier directeur technique du club, Fortier, ainsi que Duarte voulaient coacher leurs filles. « Nous sommes partis à la base. Le terrain synthétique a été le deuxième dans la région après celui du PEPS. Parce qu’on n’avait pas de surface intérieure, on pratiquait à l’extérieur jusqu’en décembre. Les filles avaient les pieds gelés. Au printemps, on venait pelleter le terrain et on s’était fait arrêter par la police à une occasion parce qu’on n’avait pas prévenu la municipalité. »