/news/politics
Navigation

Salaires des délégués du Québec: la ministre Girault veut des résultats

Nadine Girault
Photo Simon Clark Nadine Girault

Coup d'oeil sur cet article

La ministre des Relations internationales et de la Francophonie, Nadine Girault, concède que les délégués du Québec reçoivent «de bons salaires» et que les Québécois sont «en droit de s’attendre à des chefs de poste très efficaces». 

Jeudi, Mme Girault a réagi à un article du Journal sur la divulgation de la rémunération avec les indemnités et les allocations des employés de l’État. Dans le cas des délégués, ces montants tenaient notamment compte des indemnités versées pour leur logement. 

Dans un courriel, le ministère des Relations internationales a toutefois tenu à préciser que le montant pour les logements a été publié pour une première fois par souci de transparence. Ils n’étaient pas dévoilés dans les anciens documents disponibles sur le site du ministère du Conseil exécutif. 

«Changements en cours» 

À titre d’exemple, la déléguée du Québec à Los Angeles, Élizabeth MacKay, a reçu un salaire de base de 166 578 $ pour l’exercice financier 2018-2019, une allocation de 30 793 $, ainsi qu’un montant de 170 760 $ pour couvrir les frais de son logement. 

Qui sont les hommes et les femmes derrière nos politiciens? Emmanuelle présente... un balado animé par Emmanuelle Latraverse.

Par ailleurs, le gouvernement souligne que «les chefs de poste remboursent une quote-part correspondant au coût de location qu’ils auraient assumé s’ils étaient restés au Québec». 

«Cela dit, c’est vrai qu’il s’agit de bons salaires, même s’ils sont conformes à la réalité du marché», a noté la ministre Girault, ajoutant qu’il y a «des changements en cours» afin d’optimiser les résultats des démarches à l’étranger. 

Rappelons que le premier ministre, François Legault, a affirmé à plusieurs reprises depuis son arrivée au pouvoir qu’il souhaite avoir des délégués avec un profil économique. 

QS invité à s’expliquer 

Jeudi, François Legault et la députée indépendante Catherine Fournier ont laissé entendre que le discours de Québec solidaire sur leur propre rémunération manque de cohérence. 

Le premier ministre François Legault a mis au défi Manon Massé d’expliquer «si elle est mal à l’aise de gagner 130 000 $, alors qu’il y a du pauvre monde qui gagne seulement 20 000 $» annuellement. 

«Comment la chef de Québec solidaire peut-elle accepter de gagner 130 000 $, alors que la moyenne au Québec c’est 49 000 $?», a-t-il indiqué. 

M. Legault tentait alors de justifier le fait que 15 hauts dirigeants du gouvernement Legault – soit quatre de plus qu’en 2017-2018 – auront un salaire supérieur à 300 000 $ cette année. 

 – Avec la collaboration de l’Agence QMI