/opinion/blogs
Navigation

Laïcité: l’obstacle viendra d’Ottawa

Laïcité: l’obstacle viendra d’Ottawa
Photo d'archives, Agence QMI

Coup d'oeil sur cet article

Le Bloc Québécois a sonné l’alarme hier dans le mémoire que nous avons déposé sur le projet de loi 21 concernant la laïcité de l’État. Nous sommes favorables à un projet de loi sur la laïcité de l’État au Québec. C’est légitime. C’est essentiel. Évidemment, comme parti politique fédéral, nous n’avons pas l’intention de débattre des moindres détails du projet de loi, une prérogative des élus de l’Assemblée nationale que nous demandons à Ottawa de respecter. C’est précisément parce que nous croyons que ce projet de loi trouvera un adversaire féroce dans le gouvernement fédéral, peu importe le parti au pouvoir, que nous nous devons d’intervenir.

Cultures opposées

La laïcité de l’État est en directe contradiction avec des valeurs fondamentales de l’identité canadienne. Elle s’inscrit dans le cadre de valeurs collectives qui définissent l’identité québécoise et qui sont le résultat de choix politiques, comme, entre autres, le français comme langue commune, l’égalité hommes-femmes, la solidarité collective. Le Canada a plutôt pour tradition de faire passer les droits individuels devant les droits collectifs et de gouverner par l’entremise des tribunaux.

La principale opposition entre la vision du Québec et celle du Canada réside dans l’adhésion ou non à l’idéologie du multiculturalisme. Au cœur de l’identité canadienne, le multiculturalisme nie la nation québécoise, nie l’existence d’un tronc commun de valeurs et de traits culturels propres tels ceux qui définissent un peuple. Pour le Québec, c’est pourtant clair qu’il y a une culture commune, une langue commune, un tronc commun à intégrer et à enrichir pour chaque individu. La société québécoise est fondée sur l’échange culturel dans le cadre des valeurs communes d’une nation plurielle majoritairement francophone, tandis que la société canadienne est fondée sur les droits individuels de personnes de différentes cultures d’origine n’ayant pas à intégrer de tronc commun au sein d’un État postnational et bilingue.

La laïcité de l’État, un processus amorcé et poursuivi par le Québec depuis un demi-siècle, est en contradiction fondamentale avec le multiculturalisme canadien, ce qui explique qu’il y ait unanimité contre le fond du projet de loi 21 chez les partis fédéraux.

Une fronde à prévoir

Il est prévisible qu’Ottawa se mêle à une fronde juridique contre la laïcité de l’État au Québec dès l’adoption du projet de loi 21, soit directement ou en finançant un recours via le Programme de contestation judiciaire du gouvernement du Canada.

Il est à parier que l’argent des contribuables québécois sera utilisé par Ottawa pour financer la contestation d’un projet de loi souhaité par les Québécoises et les Québécois. Cet aspect de l’enjeu est d’une importance particulière : tant sur le plan de la légitimité, de la cohérence ou de la gestion de fonds publics, toute dépense du gouvernement canadien à l’encontre d’une volonté de l’État québécois dans le but d’en annuler l’effet ou la mise en œuvre, directement ou par l’entremise d’institutions ou d’associations choisies, est un affront dont les Québécoises et les Québécois devront prendre acte.

C’est pourquoi les parlementaires de l’Assemblée nationale du Québec, favorables ou non au projet de loi 21, ont la responsabilité d’être unis et unanimes sur le droit inaliénable du Québec d’établir lui-même ses balises de vivre-ensemble.

Le Québec sait ce qui est bon pour le Québec.

L’Assemblée nationale peut compter sur le soutien du Bloc Québécois.

Comme nous comptons sur l’Assemblée nationale pour faire avancer le Québec.

Un Québec moderne, ouvert sur le monde, accueillant et résolument laïque.

Yves-François Blanchet Chef du Bloc Québécois