/investigations/transports
Navigation

Le tracé et la forme que prendra le 3e lien bientôt dévoilés

Le ministre des Transports en fera la présentation dans les prochaines semaines

François Bonnardel réagissant aux résultats de l’enquête devant les journalistes, hier.
Photo Stevens LeBlanc François Bonnardel réagissant aux résultats de l’enquête devant les journalistes, hier.

Coup d'oeil sur cet article

Le suspense tire bientôt à sa fin : le tracé et la forme que prendra le 3e lien à l’est entre Québec et Lévis seront dévoilés «dans les prochaines semaines», possiblement en juin, a appris Le Journal.  

Selon plusieurs sources, le ministre Bonnardel pourrait présenter le tracé choisi aux élus municipaux concernés dès le mois prochain, sinon au cours de l’été.   

La forme du futur lien autoroutier entre les deux rives, c’est-à-dire un tunnel, un pont ou un pont-tunnel, sera aussi révélée par la même occasion, avec une mise à jour de l’échéancier. Pour ce qui est des coûts, toutefois, ils seront dévoilés ultérieurement. La CAQ a promis une première pelletée de terre d’ici 2022.   

En marge de la publication des résultats de la plus récente enquête origine-destination (EOD), «quand je me présenterai devant vous, dans les prochaines semaines, j’aurai tous les éléments en main pour vous démontrer le bon choix», a laissé entendre M. Bonnardel.   

Le ministre des Transports a indiqué que les données de cette enquête aideront le bureau de projet à «prendre la meilleure décision».   

Conforté par l’enquête  

Devant les journalistes, M. Bonnardel a expliqué que ces chiffres ne remettaient «pas en question du tout» le positionnement à l’est du 3e lien imposé par son gouvernement après l’élection.   

Au contraire, «ça nous démontre à quel point les gens qui partent de l’est pour se rendre du côté est [de l’autre rive] [...] ont besoin d’un lien additionnel», a commenté le ministre Bonnardel.   

Les deux ponts actuels étant tous deux situés dans l’ouest ; M. Bonnardel trouve «normal» que l’enquête confirme que c’est dans ce secteur qu’on retrouve la majorité (31 000) des déplacements.   

En revanche, le nombre de déplacements effectués de l’est vers l’est (21 000), des deux côtés du fleuve, a augmenté, a-t-il constaté.   

Il s’attend aussi à ce que l’interconnexion des réseaux de transport collectif de Québec et de Lévis en encourage plusieurs à délaisser l’auto.   

«Quand le réseau structurant sera bâti, quand on pourra connecter donc à l’ouest et à l’est ces deux réseaux, tout le monde va en bénéficier», a dit M. Bonnardel.   

Le réseau structurant d’abord  

Farouchement opposée au 3e lien, la députée de Québec solidaire, Catherine Dorion, a invité hier le ministre Bonnardel à revoir ses priorités, au bénéfice du projet de réseau structurant.   

«Tu sais [le 3e lien], ça peut coûter jusqu’à 10 milliards, là. C’est trois fois le réseau de transport structurant. C’est 25 fois le Centre Vidéotron. C’est énormément d’argent. Je ne sais pas si les payeurs de taxes pensent à ça quand ils se disent que ça serait le fun d’avoir un troisième lien», a soulevé la députée de Taschereau.   

«De toute façon, le gouvernement a déjà fait son lit», a réagi en après-midi le député libéral de Jean-Talon, Sébastien Proulx, qui sans être «fermé à l’idée» d’un 3e lien à l’est, trouve que la CAQ procède trop vite.   

«S’ils ont toujours l’intention d’aller aussi rapidement avec ce projet, ils doivent alors accélérer le développement, la construction du transport collectif à Québec, parce que c’est un tout», a dit M. Proulx.   

 — Avec Jean-Luc Lavallée