/news/transports
Navigation

Oui au jumelage du 3e lien et du pont de l’île

Les gens d’affaires de l’île d’Orléans se prononcent

Coup d'oeil sur cet article

Sondés par leur chambre de commerce, les gens d’affaires de l’île d’Orléans se disent favorables au jumelage du projet de 3e lien avec celui d’un nouveau pont à l’île dans une proportion de 62 %.

Les résultats d’un sondage maison, qui ont été dévoilés hier soir à l’Espace Félix Leclerc, révèlent aussi un soutien de 66 % au projet de troisième lien. « Ce sont les gens d’affaires, ce n’est pas la population de l’île », a toutefois nuancé d’entrée de jeu le président de la chambre de commerce locale, Jocelyn Labbé.

« Quelque chose d’assez valable »

En tout, 68 répondants sur les 139 contactés ont rempli le questionnaire expédié par la chambre, ce qui représente un taux de participation de 49 %. « Ça constitue quelque chose d’assez valable à nos yeux », a insisté M. Labbé.

« Le fait que des gens d’affaires soient favorables au troisième lien, ce n’est pas étonnant, mais ça ne représente pas nécessairement la position des citoyens », a insisté le préfet de la MRC de l’Île-d’Orléans, Harold Noël, en entrevue. Ce dernier attend de connaître les détails du projet du gouvernement avant de se commettre.

Parmi les scénarios proposés aux répondants, c’est celui d’une jetée (entre la Rive-Nord de Québec et l’île) jumelée à un tunnel qui a obtenu le plus fort appui, à 38 %, alors que 30 % ont dit privilégier une « formule mixte de pont et de tunnel » contre 14 % seulement pour un tunnel d’une rive à l’autre avec une sortie à l’île d’Orléans.

Le pont actuel inquiète

Sans surprise, les répondants se sont aussi dits préoccupés ou très préoccupés à 91 % par l’état du pont de l’île actuel, qui est en fin de vie. Ils jugent même, dans une proportion de 93 %, que la perception des gens à son égard peut avoir un impact commercial négatif pour l’île d’Orléans.

Le maintien de l’entrée actuelle de l’île, à Saint-Pierre, importe peu si l’on se fie au coup de sonde, puisque seulement un répondant sur trois semble y tenir, alors que 60 % jugent qu’il ne s’agit pas d’un enjeu important. Enfin, l’idée de profiter du 3e lien pour enfouir les lignes à haute tension sous le Saint-Laurent, évoquée par le premier ministre Legault, n’a pas d’impact sur l’appui au projet, selon 57 % des répondants, contre 37 % qui se disent influencés par cette proposition.