/news/society
Navigation

Vidéotron érigera sa tour controversée

Coup d'oeil sur cet article

Vidéotron ira de l’avant comme prévu, cette année, avec la construction d’une tour de 81 mètres à Sainte-Brigitte-de-Laval afin d’accroître le rayonnement de son signal cellulaire, malgré la grogne d’environ 150 citoyens qui craignent des effets sur leur santé.

La compagnie de câblodistribution et de téléphonie mobile dit avoir déjà franchi toutes les étapes et obtenu « toutes les approbations nécessaires » pour ériger une tour dans le secteur de la rue Saint-Antoine. « Les étapes de préparation à la construction ont été entamées », nous a répondu une relationniste de Vidéotron par courriel.

Moratoire demandé

Mardi soir dernier, plusieurs dizaines de citoyens se sont pointés à l’hôtel de ville pour demander aux élus un moratoire sur ce projet. Or, « le permis de construction de la Ville n’est pas requis puisqu’il s’agit d’une compétence fédérale », précise-t-on chez Vidéotron.

Les contestataires disaient notamment avoir été informés sur le tard et dénonçaient l’absence d’une « véritable » consultation publique. Par courriel, Vidéotron rétorque que le projet en question a fait l’objet d’une « consultation publique en bonne et due forme qui s’est terminée en date du 22 octobre 2018 ». Un avis public avait aussi été diffusé localement et les citoyens situés à proximité de la future tour ont reçu un avis par la poste.

La compagnie dit avoir respecté « l’ensemble de ses obligations réglementaires », mais s’est néanmoins dite ouverte à participer à une séance d’information pour les citoyens « si la Municipalité nous convoque ».

Une dizaine de sites étudiés

Près de dix emplacements ont été étudiés, nous a-t-on par ailleurs confirmé. Une carte des secteurs précis, en montagne, pourrait être dévoilée lors d’une éventuelle assemblée publique.

« Le choix du site actuel n’est pas le fruit du hasard et a fait l’objet d’analyses approfondies. Il est à noter que l’emplacement actuel est situé à au moins 190 mètres de la résidence la plus proche et peu visible puisqu’entouré d’un couvert forestier. » Vidéotron refuse, par ailleurs, de dévoiler les termes de son entente avec le propriétaire du terrain choisi.

Quant aux dangers potentiels d’une telle tour, Vidéotron s’en remet à Santé Canada, qui détermine les niveaux d’exposition acceptables aux radiofréquences. « Selon les simulations de toutes les antennes prévues sur la tour et en considérant l’effet combiné des systèmes d’antennes qui se trouve à proximité, le niveau d’exposition ressenti par un humain au sol est estimé à près de 0,01 % de la limite d’exposition dictée par le Code de sécurité 6. »

Le projet actuel n’inclut pas la technologie 5G pour le moment et propose plutôt une couverture via les réseaux 4G et LTE-Advanced, a-t-on précisé.