/opinion/columnists
Navigation

Les patriotes, nos héros

Coup d'oeil sur cet article

On commémorera lundi la Journée nationale des patriotes. C’est l’occasion, depuis plus de quinze ans, maintenant, de célébrer le courage de ceux qui se sont soulevés en 1837-38 tout à la fois pour une république « canadienne » (on dirait aujourd’hui québécoise) et pour la démocratie.

Histoire

Il faut s’en réjouir : trop souvent, notre histoire est présentée aux jeunes générations à la manière d’un récit monotone, sans grandeur. Depuis quelques années, on a voulu ajouter à cela la culpabilité collective à l’endroit des Amérindiens, comme si les Français étaient responsables de leur mauvais traitement par les Anglais. D’un coup, ils deviennent même allergiques à l’épopée de l’Amérique française, qui devrait pourtant les inspirer et les remplir de fierté.

En gros, les jeunes Québécois s’ennuient lorsqu’on leur parle de leur passé, ou ils en ont honte.

Écoutez Les idées mènent le monde, une série balado qui cherche a éclairer, à travers le travail des intellectuels, les grands enjeux de sociétés.

Toutefois, ils savent encore se montrer sensibles à l’histoire des patriotes. Ils admirent leur héroïsme et comme on dit aujourd’hui, leur modernité.

Il s’agit d’une histoire effectivement admirable. Soixante-dix ans après la Conquête anglaise, la petite nation française oubliée sur les bords du Saint-Laurent prenait les armes pour se délivrer d’une tutelle impériale et coloniale. Elle a tristement échoué. Mais les patriotes ont laissé dans la conscience collective une trace fondamentale. Ils ont appris à notre peuple que la cause de notre existence nationale peut exiger les plus grands sacrifices, même l’ultime sacrifice – comme c’est le cas de tous les autres peuples, d’ailleurs. L’indépendance nationale est la cause la plus noble qui soit.

Courage

Un peuple qui renie son histoire se condamne à la sécheresse spirituelle. De ce point de vue, il est heureux que les patriotes, une fois par année, retrouvent une petite place dans notre actualité. Que leur exemple nous rappelle une leçon essentielle : notre peuple ne survivra en Amérique qu’en combattant. En combattant démocratiquement, certes. Mais en combattant quand même.