/news/currentevents
Navigation

Multiplication de vols dans Limoilou

Des citoyens sont à bout de patience

Coup d'oeil sur cet article

Le secteur de Limoilou est victime d’une hausse de bris, d’entrées forcées et de vols dans les véhicules cette année, une situation qui commence à exaspérer plusieurs citoyens.

«C’était pire, il y a 25 ans, mais là, il y a un regain», laisse tomber Jessica Leullier, résidente de la 2e Avenue. La citoyenne habite le quartier depuis de nombreuses années. 

Victime de vols et de méfaits à plusieurs reprises et souvent au printemps, elle s’est résignée, cette année, à ne plus rien laisser dans son véhicule, ni dans son cabanon. 

«Je n’ai pas tout réglé, mais je laisse les portes débarrées», poursuit-elle, précisant qu’elle souhaite ainsi s’épargner les bris causés par les voleurs qui forcent les portes de sa voiture ou de son cabanon. 

Malgré tout, les mauvaises surprises continuent. «Ils sont entrés dans mon cabanon et ils ont éventré toutes les boîtes qui s’y trouvaient. Puis, ils ont brûlé des meubles entreposés là avec leurs mégots de cigarette», peste la mère de famille, qui indique être rendue à faire de la surveillance même la nuit, pour essayer de pincer les voleurs. 

Ses livres d’école

Véronique Deschambault, qui habite près de la 11e Rue et de la 4e Avenue, s’est fait défoncer sa voiture, il y a un mois. 

«Ils ont pris mon sac d’école, avec tous mes livres, et mon fil d’ordinateur», lance-t-elle. Ces mêmes visiteurs indésirables ont également volé un vélo d’enfant et un traîneau, deux objets qui se trouvaient sur son balcon. 

Mme Deschambault a mis un plastique pour remplacer temporairement sa vitre de voiture qui a été brisée d’un coup de couteau. 

Rencontrés par Le Journal, plusieurs citoyens du secteur affirment être au fait de la situation. «Il y a deux semaines, sur la 3e Avenue, il y avait des voitures avec les vitres fracassées. Il y en avait aussi sur le boulevard Cardinal-Villeneuve. Faut que ça arrête, c’est complètement gratuit», s’indigne Éric Larouche. 

Cibles

Le Service de police de la Ville de Québec (SPVQ) indique que les voitures sont particulièrement visées cette année. «Les enquêteurs ont constaté qu’il y a plus de bris et d’entrées forcées dans les véhicules», indique le porte-parole, David Poitras. 

Les cartes de crédit sont particulièrement recherchées par les voleurs, à cause du système PayPass. «Un bien est beaucoup plus facile à acheter avec PayPass», explique M. Poitras. 

Les citoyens sont invités à signaler ce genre de situation au 641-AGIR.