/weekend
Navigation

En mode lecture: une histoire d’amour pleine de rebondissements

<i>Les sept mariages d’Edgar et Ludmilla</i></br>
Jean-Christophe Rufin</br>
Aux Éditions Gallimard, 384 pages
Photo courtoisie Les sept mariages d’Edgar et Ludmilla
Jean-Christophe Rufin
Aux Éditions Gallimard, 384 pages

Coup d'oeil sur cet article

Avec ce tout nouveau roman, l’écrivain français Jean-Christophe Rufin nous invite à suivre les hauts et les bas d’un couple atypique.

Chaque fois qu’on a la chance de lire un nouveau roman de Jean-Christophe Rufin, on a toujours la même impression : celle de plonger tête première dans un univers enchanté. Et ce coup-ci, c’est avec l’incroyable histoire d’amour d’Edgar et Ludmilla que l’auteur de L’Abyssin, de Rouge Brésil ou du Tour du monde du roi Zibeline a réussi à nous charmer jusqu’à la dernière ligne.

Coup de foudre instantané

En 1958, quatre jeunes Français auront l’étrange idée de parcourir l’Union soviétique en voiture afin d’en rapporter plein de témoignages et de photos qui pourraient entre autres être publiés dans les pages de Paris-Match.

À bord d’une Marly flambant neuve, ils avaleront ainsi des dizaines de milliers de kilomètres aux côtés d’Ivan, « le guide » qui leur a été imposé. Mais pour Edgar, jeune débrouillard issu d’une famille pauvre, le voyage ne commencera réellement qu’après avoir traversé le petit village d’Ukraine où il apercevra Ludmilla pour la toute première fois.

Riches et célèbres

Il y a des histoires d’amour beaucoup plus complexes que d’autres. Car tel que le titre l’indique – et le divulgâche, il faut l’avouer –, Edgar et Ludmilla se marieront à sept reprises. Ce qui, par ricochet, veut également dire qu’ils ne tarderont pas à collectionner les divorces ! De vraies montagnes russes émotionnelles qui nous seront racontées par quelqu’un qui les a bien connus et qui, de ce fait, pourra aussi s’étendre sur l’étonnante carrière que chacun aura de son côté.

Un très divertissant roman.

Frissons garantis

En attendant le jour

<i>En attendant le jour</i></br>
Michael Connelly</br>
Aux Éditions Calmann-Lévy, 432 pages
Photo courtoisie
En attendant le jour
Michael Connelly
Aux Éditions Calmann-Lévy, 432 pages

Avec ce roman, l’écrivain américain Michael Connelly introduit un tout nouveau personnage récurrent : Renée Ballard, une jeune inspectrice d’origine hawaïenne qui, après avoir osé porter plainte contre le comportement déplacé de son supérieur immédiat, s’est fait virer de la division des Vols et Homicides pour être reléguée au quart de nuit dans un commissariat d’Hollywood. Le genre de boulot dont personne ne veut, parce qu’il consiste essentiellement à patrouiller dans les rues, à intervenir dans les cas de violence conjugale, à arrêter des rôdeurs ou à sécuriser les scènes de crime. Mais ce que Renée trouve encore plus dur, c’est de ne plus pouvoir aller jusqu’au bout d’une enquête, les affaires importantes étant automatiquement confiées à d’autres départements.

Au cours d’une seule nuit, Renée devra ainsi suivre à l’hôpital une prostituée transgenre qui a été agressée et laissée pour morte sur le sol d’un parking et s’occuper de la victime collatérale d’une fusillade ayant fait cinq morts et plusieurs blessés dans un night-club. Deux dossiers sur lesquels elle décidera de travailler en douce... quitte à se faire taper encore plus fort sur les doigts par ses supérieurs.

L’histoire est bien ficelée et cette nouvelle héroïne, fort intéressante. Mais ce qu’on a surtout apprécié, c’est de voir l’envers du décor, tous les dessous du métier de flic étant ici assez bien expliqués.

À lire aussi cette semaine

Anarchie

Megan Devos, aux Éditions JC Lattès, 486 pages
Photo courtoisie
Megan Devos, aux Éditions JC Lattès, 486 pages

Cette dystopie a rapidement fait boule de neige sur le web. Du coup, on a maintenant droit à la version papier et au premier de ses quatre tomes. On fera ainsi la connaissance de Hayden, le chef des Blackwings. Dans un monde où tous les humains qui restent doivent vivre en clan pour survivre aux pillages et à la violence omniprésente, recueillir une femme blessée appartenant à un clan rival pourrait donc être une très, très mauvaise idée... Un roman qui plaira surtout aux ados.

Bleu de Prusse

Philip Kerr, aux Éditions du Points, 672 pages
Photo courtoisie
Philip Kerr, aux Éditions du Points, 672 pages

Un roman, deux fascinantes histoires mettant une fois de plus en scène Bernie Gunther, le héros fétiche de feu Philip Kerr. La première se déroule en 1956, alors qu’Erich Mielke n’était encore qu’adjoint à la Stasi et qu’il avait parfois besoin d’hommes comme Bernie pour éliminer des espions. La seconde nous fait revenir en 1939, à quelques jours du 50e anniversaire d’Hitler. Un meurtre récemment commis risquant d’entacher les célébrations, Bernie sera chargé d’arrêter rapidement le coupable.

En 1 h je cuisine mes lunchbox pour toute la semaine

Isabelle Guerre, aux Éditions Hachette, 158 pages
Photo courtoisie
Isabelle Guerre, aux Éditions Hachette, 158 pages

Le rêve de toutes les mères : préparer en un temps record les lunchs de la semaine. La bonne nouvelle ? Grâce à sa méthode basée sur l’organisation et la planification, ce livre permet à ce rêve de devenir réalité ! Il n’y a qu’à choisir l’un des 10 menus hebdomadaires qu’il propose, acheter tous les ingrédients figurant dans la liste des courses et à cuisiner d’avance – et d’un coup – les cinq dîners.

Trail – Je m’entraîne en ville

Antoine Miel et Éric Alberto, aux Éditions Solar, 248 pages
Photo courtoisie
Antoine Miel et Éric Alberto, aux Éditions Solar, 248 pages

Après les lunchbox, le trail. Bref, un autre livre dont le titre comporte un mot anglais... Mais heureusement, ça ne l’empêche pas d’être utile ! S’adressant aux amateurs de course en sentier (de débutants à experts) qui ne peuvent généralement s’entraîner qu’en milieux urbains, il présente plusieurs programmes réunissant toutes sortes de trucs pour les aider à progresser en tirant parti des bancs de parc, des rues pentues ou des marches.