/entertainment/tv
Navigation

«Game of Thrones»: plusieurs millions d’Américains pourraient ne pas rentrer au travail lundi à cause de la finale

«Game of Thrones»: plusieurs millions d’Américains pourraient ne pas rentrer au travail lundi à cause de la finale
Capture d'écran YouTube

Coup d'oeil sur cet article

 Si vous n’êtes pas au plus fort de votre productivité au boulot au lendemain d’un épisode de Game of Thrones, vous ne seriez pas le seul, affirme une étude américaine! Et ça pourrait être encore pire après la conclusion de la série ce dimanche...   

 Ainsi, selon une étude menée par le groupe de réflexion The Workforce Institute, pas moins de 27,2 millions (!) de fans américains pourraient ne pas rentrer au travail, arriver en retard, travailler de la maison ou tout simplement être moins productifs lundi, en raison de l’ultime épisode de Game of Thrones diffusé la veille.   

 De ce nombre, 10,7 millions d’employés choisiraient carrément de rester chez eux lundi, probablement encore ébranlés par les dernières péripéties à Westeros.   

 5,8 millions de téléspectateurs feraient quant à eux le «travail buissonnier» dimanche soir pour pouvoir regarder la finale.   

 Plus largement, The Workforce Institute estime qu’environ 20,4 millions d’Américains auraient vu leur productivité diminuer en raison de la huitième saison de la série de HBO.   

 Concrètement, ce sont 35,8 millions d’employés qui auraient passé au moins une heure par semaine à parler, lire ou alimenter les réseaux sociaux au sujet de Game of Thrones au cours des dernières semaines... qu’ils regardent ou non l’événement télévisuel!   

 Bref, Game of Thrones aurait coûté à ce jour plus ou moins 3,3 milliards $ US aux entreprises américaines, seulement en baisse de productivité, rapporte Consequence of Sound.   

 Et à voir l’appréciation globale jusqu’à maintenant de la huitième saison, disons que ça n’en valait peut-être pas le coût...  

Sondage
Croyez-vous que la dernière saison de Game of Thrones a affecté votre productivité au travail?

Oui, énormément!

Légèrement.

Non, franchement!

Comme si j'étais un employé productif de toute façon...