/news/provincial
Navigation

[PHOTOS] Voici 15 vues anciennes du quartier Saint-Sauveur de Québec

Coup d'oeil sur cet article

Le quartier Saint-Sauveur de Québec est original et authentique. Son histoire ainsi que son patrimoine architectural reposent sur la présence d’établissements et de lieux qui ont franchi les décennies et parfois même les siècles.   

Quartier Saint-Sauveur, rue Victoria, vue panoramique prise en plongée près de l'Escalier Victoria. De g. à d., les églises Saint-Malo, Saint-Sauveur, Notre-Dame-de-Lourdes, Notre-Dame-de-Grâce et Saint-Roch, vers 1940. BAnQ Québec (P600, S6, D1, P377). Photographe non identifié.
Quartier Saint-Sauveur, rue Victoria, vue panoramique prise en plongée près de l'Escalier Victoria. De g. à d., les églises Saint-Malo, Saint-Sauveur, Notre-Dame-de-Lourdes, Notre-Dame-de-Grâce et Saint-Roch, vers 1940. BAnQ Québec (P600, S6, D1, P377). Photographe non identifié.

Voici 15 vues anciennes qui témoignent de ce quartier naguère ouvrier, mais aujourd’hui en pleine révolution culturelle, urbaine et sociale.   

1. L’Hôpital général : le berceau du quartier Saint-Sauveur   

(Extrait) William Faden, Plan of the City and Environs of Quebec with its Siege and Blockade by the Americans from the 8th December 1775 to 13th of May 1776, 12 septembre 1776, BAnQ Québec (P600,S4,SS2,D458)
(Extrait) William Faden, Plan of the City and Environs of Quebec with its Siege and Blockade by the Americans from the 8th December 1775 to 13th of May 1776, 12 septembre 1776, BAnQ Québec (P600,S4,SS2,D458)

Le quartier Saint-Sauveur se situe au cœur d’une plaine entourée par la rivière Saint-Charles et le coteau Sainte-Geneviève. Ce secteur, largement boisé, a longtemps été épargné par le développement de la trame urbaine. Vers 1620, les récollets viennent s’y établir. À l’emplacement de l’actuel Hôpital général, ils font construire une chapelle et un couvent, dit de Notre-Dame-des-Anges. Plus tard, le 13 septembre 1692, Mgr de Saint-Vallier achète la propriété abandonnée par les récollets. L’évêque fonde l’Hôpital général et le remet aux bons soins des Sœurs augustines de la Miséricorde de Jésus. Le quartier Saint-Sauveur se développe ainsi autour d’un site considéré comme l’un des noyaux fondateurs de la ville de Québec.   

Quartier Saint-Sauveur, boulevard Langelier, Hôpital général, vue aérienne de face, 1937. BAnQ Québec (P600, S6, D1, P131) Photographe non identifié.
Quartier Saint-Sauveur, boulevard Langelier, Hôpital général, vue aérienne de face, 1937. BAnQ Québec (P600, S6, D1, P131) Photographe non identifié.

Connaissez-vous l’origine du nom Saint-Sauveur? Elle remonte au 30 décembre 1653, lorsque Jean Le Sueur reçoit de monsieur de Lauzon, gouverneur de la Nouvelle-France, la concession d’une bande de terre située dans la basse ville. Avant de venir s’installer en Nouvelle-France, il était curé de la paroisse de Saint-Sauveur à Thury-Harcourt, en Normandie. Les habitants de Québec le surnommaient «Monsieur de Saint-Sauveur». Ce nom, associé aux terres qu’il détenait, a subsisté jusqu’à aujourd’hui.   

2. La rue et la côte de l’Aqueduc   

Quartier Saint-Sauveur, rue de l'Aqueduc (vue prise dans le milieu de la rue vers le poste de pompier no 8, à l'angle des Oblats), vers 1895. BAnQ Québec (P585, D14, P3). Photo : Philippe Gingras.
Quartier Saint-Sauveur, rue de l'Aqueduc (vue prise dans le milieu de la rue vers le poste de pompier no 8, à l'angle des Oblats), vers 1895. BAnQ Québec (P585, D14, P3). Photo : Philippe Gingras.

Jusqu’en 1854, année de l’inauguration du premier aqueduc de la ville de Québec, l’approvisionnement en eau est un problème de taille. L’eau, directement puisée à la rivière Saint-Charles ou dans le fleuve Saint-Laurent, est transportée dans des tonneaux fermés tirés par des chevaux. Elle est ensuite distribuée aux habitants qui n’ont pas accès à un puits ou à une source. L’insalubrité et les mauvaises conditions d’hygiène entraînent souvent l’éclosion d’épidémies diverses.    

De plus, les incendies dégénèrent souvent en conflagrations majeures. Les deux grands feux de 1845 dans les quartiers Saint-Roch et Saint-Jean témoignent de l’ampleur du désastre matériel et humain. C’est ainsi que la protection contre les incendies ainsi que la construction d’un aqueduc deviennent des priorités pour la Ville.   

Quartier Saint-Sauveur, côte de l'Aqueduc, vers 1895. BAnQ Québec (P585, D14, P6). Photo : Philippe Gingras.
Quartier Saint-Sauveur, côte de l'Aqueduc, vers 1895. BAnQ Québec (P585, D14, P6). Photo : Philippe Gingras.

Les travaux de canalisation commencent pendant l’été 1852. Entrepris sous l'administration du maire Narcisse Fortunat Belleau, l'aqueduc est inauguré par son successeur, Ulric Joseph Tessier. La dénomination de la rue de l’Aqueduc nous rappelle aujourd’hui que celle-ci a été tracée le long de cet aqueduc.   

3. Le boulevard coupe-feu   

Quartier Saint-Sauveur, boulevard Langelier, vers 1895. BAnQ Québec (P585, D14, P1). Photo : Philippe Gingras.
Quartier Saint-Sauveur, boulevard Langelier, vers 1895. BAnQ Québec (P585, D14, P1). Photo : Philippe Gingras.

Considéré comme l’une des plus anciennes rues de la ville et connu autrefois sous le nom de «chemin de l’Hôpital général», le premier tronçon du boulevard Langelier se poursuivait sur le «chemin de Lorette», aujourd’hui la rue Saint-Vallier. En 1850, cette voie est baptisée «rue Saint-Ours», en mémoire d’une bienfaitrice des Augustines de l’Hôpital-Général, Jeanne-Geneviève de Saint-Ours.    

Vue générale après l'incendie du 14 octobre 1866, Québec (vue de la côte Sauvageau). Ville de Montréal, section des archives (CA M001 BM007-2-D16-P016). Photo : T. Gastonguay.
Vue générale après l'incendie du 14 octobre 1866, Québec (vue de la côte Sauvageau). Ville de Montréal, section des archives (CA M001 BM007-2-D16-P016). Photo : T. Gastonguay.

À la suite de l’incendie du 14 octobre 1866 qui détruit 2500 maisons, la rue fait l’objet de travaux d’élargissement majeurs. La ville triple sa largeur pour la faire passer de 9 à 30 mètres. Puisque les modestes habitations en bois sont plus vulnérables aux incendies, on désire ainsi aménager un espace coupe-feu entre les quartiers Saint-Roch et Saint-Sauveur. Un total de six années est nécessaire pour réaliser les expropriations.   

En 1885, l’artère est divisée en deux voies. Elles sont également séparées par un terre-plein central sur lequel on plante des ormes d’Amérique. En 1890, on renomme la rue en l’honneur de François Langelier, maire de Québec entre 1882 et 1890.   

4. L’église Saint-Sauveur    

Église Saint-Sauveur, vers 1900. BAnQ Québec (P560, S1, P843). Photographe non identifié.
Église Saint-Sauveur, vers 1900. BAnQ Québec (P560, S1, P843). Photographe non identifié.

Au lendemain de l’incendie de 1845 , qui a pris naissance dans une tannerie de la rue Arago, plus de 20 000 personnes sont jetées à la rue. C’est ainsi que le quartier Saint-Sauveur apparaît à la suite d’une expansion du quartier Saint-Roch. Comme la population s’accroît considérablement, la construction d’une église s’impose. La première église est construite entre 1850 et 1853 par l’architecte Michel Patry. Celle-ci est confiée aux soins des oblats.    

Elle est malheureusement détruite quelques années plus tard lors du terrible incendie de Québec en octobre 1866. À la suite de cet incendie dévastateur, l’évêque accepte de céder la paroisse aux oblats. La paroisse Saint-Sauveur, dont l’église est à reconstruire, naît le 28 février 1867.   

La deuxième église, dont la construction débute en 1867, est considérée comme une œuvre majeure de l’architecte Joseph-Ferdinand Peachy. À l’intérieur, le décor, composé de fresques et de tableaux peints par le peintre Charles Huot, est complété entre 1886 et 1892. Quant au clocher, il est finalement érigé en 1892.    

5. L’Hôtel-Dieu du Sacré-Cœur de Jésus    

Avenue du Sacré-Cœur, Hôtel-Dieu du Sacré-Cœur de Jésus, vers 1895. BAnQ Québec (P585, D9, P1). Photo : Philippe Gingras.
Avenue du Sacré-Cœur, Hôtel-Dieu du Sacré-Cœur de Jésus, vers 1895. BAnQ Québec (P585, D9, P1). Photo : Philippe Gingras.

Entre 1871 et 1873, l’Hôpital Saint-Sauveur est érigé sur les bords de la rivière Saint-Charles, près de la rue Saint-Vallier. La vocation de cet hôpital est de soigner les malades les plus pauvres. On accueille également les malades qui ne peuvent être admis dans les autres hôpitaux de la ville, tels ceux souffrant d’épilepsie ou encore de maladies contagieuses ou chroniques, ainsi que les orphelins et les invalides.   

En 1879, on construit une deuxième aile pour répondre à la demande croissante. Vers 1890, l’hôpital éprouve des difficultés financières. Un don de Louis de Gonzague Baillargé, en 1892, lui donne un second souffle. L’hôpital s’incorpore alors sous le nouveau nom d’Hôtel-Dieu du Sacré-Cœur de Jésus. En 1903, le monastère et la chapelle des Augustines de la miséricorde sont édifiés afin de loger les religieuses. L'œuvre de l'Hôtel-Dieu du Sacré-Cœur en est ainsi facilitée.    

6. Un hôtel de ville, puis un poste de pompiers   

Quartier Saint-Sauveur, rue Boisseau, Station de feu no 7, 1896. BAnQ Québec (P585, D3, P3). Photo : Philippe Gingras.
Quartier Saint-Sauveur, rue Boisseau, Station de feu no 7, 1896. BAnQ Québec (P585, D3, P3). Photo : Philippe Gingras.

Cet édifice, construit en 1879, devient l’hôtel de ville de la municipalité de paroisse de Saint-Sauveur avant qu'elle ne soit fusionnée à la ville de Québec en septembre 1889. À partir de 1890, c’est le poste de pompiers no 7 qui va occuper le bâtiment. Cette photographie, prise en 1896, montre l’édifice situé au 363 de la rue Boisseau. Grandement modifié, il abrite aujourd’hui une coopérative d’habitation.   

7. Le marché Saint-Pierre   

Quartier Saint-Sauveur, rue Saint-Vallier Ouest, marché Saint-Pierre, 1898. BAnQ Québec (P585, D15, P2). Photo : Philippe Gingras.
Quartier Saint-Sauveur, rue Saint-Vallier Ouest, marché Saint-Pierre, 1898. BAnQ Québec (P585, D15, P2). Photo : Philippe Gingras.

Le marché Saint-Pierre est construit en 1888 par l’architecte Elzéar Charest. Il compte en tout trois étages. Le sous-sol est réservé aux étals des regrattiers et des marchands de charcuterie; le rez-de-chaussée regroupe les étals de bouchers; quant aux combles de l’édifice, elles sont réservées aux assemblées publiques. L’édifice est détruit par le feu en 1945.    

Quartier Saint-Sauveur, Centre Durocher, vers 1950. BAnQ Québec (P345, S1, D27, P1). Photographe non identifié.
Quartier Saint-Sauveur, Centre Durocher, vers 1950. BAnQ Québec (P345, S1, D27, P1). Photographe non identifié.

Le Centre Durocher, autre témoin architectural de l’histoire populaire et de la vie sociale du quartier Saint-Sauveur, est construit en 1947 sur le même terrain. C’est désormais un immeuble résidentiel qui s’élève sur cet emplacement de la rue Saint-Vallier.   

8. Le village de Saint-Sauveur    

Quartier Saint-Sauveur, panorama , vers 1880. BAnQ Québec (P1000, S4, D60, P17). Photo : L. P. Vallée.
Quartier Saint-Sauveur, panorama , vers 1880. BAnQ Québec (P1000, S4, D60, P17). Photo : L. P. Vallée.

La croissance démographique du village de Saint-Sauveur entre 1800 et 1842 est assez significative. De moins de 1000 habitants au début du 19e siècle, elle passe à environ 10 000 vers 1840. Avant son annexion à la ville de Québec en 1889, on chiffre la population à 13 500 habitants. Quant à Québec, sa population lors du recensement de 1891 est de 80 546.   

Cette vue unique de Saint-Sauveur a été prise avant le grand incendie de 1889. Elle témoigne de l’état de cette agglomération ouvrière avant son annexion à la ville de Québec. L’accroissement démographique et la situation financière plutôt modeste des artisans et des ouvriers qui habitent le village font en sorte que les infrastructures sont plutôt déficientes. Il n’y a aucun système de distribution de l’eau ni réseau d’égouts. Les rues sont également très mal entretenues.   

L’architecture domestique qui s’y dessine possède un certain caractère intimiste. On y trouve notamment de modestes maisons aux toits à pignons construites en bois et des rues en terre sans trottoirs. La photographie montre la rue Victoria conduisant jusqu’à l’église Saint-Sauveur, qui demeure sans clocher jusqu’en 1892.    

9. Enfin une église paroissiale   

Quartier Saint-Sauveur, rue Marie-de-l'Incarnation, église Saint-Malo, vers 1910. BAnQ Québec (P547, S1, SS1, SSS1, D1-12, P3650R). Photo : N. D. Phot.
Quartier Saint-Sauveur, rue Marie-de-l'Incarnation, église Saint-Malo, vers 1910. BAnQ Québec (P547, S1, SS1, SSS1, D1-12, P3650R). Photo : N. D. Phot.

En 1898, les habitants de Saint-Malo et de Saint-Sauveur Ouest soumettent une pétition pour obtenir la création d'une paroisse dans leur secteur. Leur requête est acceptée par le cardinal Bégin. L’érection canonique de la paroisse a lieu le 1er juillet 1898. Sur un terrain offert par les ursulines, la fabrique entame d'emblée la construction d’une église. L'église Sainte-Angèle-de-Saint-Malo, construite en 1898-1899, est l'œuvre des architectes Georges-Émile Tanguay et René Pamphile Lemay. Son décor intérieur ainsi que son clocher sont terminés en 1909-1910.   

Elle est inaugurée le 5 février 1899 en présence du maire de Québec, Simon-Napoléon Parent.   

10. Une école au cœur de la paroisse Saint-Malo   

Ville de Québec, quartier Saint-Sauveur,  Collège des Frères maristes, vers 1925. BAnQ Québec (P547, S1, SS1, SSS1, D1-12, P3644R). Photographe non identifié.
Ville de Québec, quartier Saint-Sauveur, Collège des Frères maristes, vers 1925. BAnQ Québec (P547, S1, SS1, SSS1, D1-12, P3644R). Photographe non identifié.

Le collège des Frères maristes de la paroisse Saint-Malo dans le quartier Saint-Sauveur est construit en 1899 par l’architecte Georges-Émile Tanguay. Il est aujourd’hui situé à l’intersection des rues Montmagny et de l’Aqueduc. À l’époque, les ursulines cèdent gratuitement le terrain à la commission scolaire. Elles agissent de la même façon pour le terrain de l’église paroissiale et du presbytère. C’est en reconnaissance de leur grande générosité que la paroisse prend le nom de la patronne des ursulines, Sainte-Angèle-de-Saint-Malo.   

11. Une école technique pour former une main-d’œuvre spécialisée   

Quartier Saint-Sauveur, boulevard Langelier, École technique, plan éloigné de la façade et son profil droit, vers 1920. BAnQ Québec (P600, S6, D1, P135). Photographe non identifié.
Quartier Saint-Sauveur, boulevard Langelier, École technique, plan éloigné de la façade et son profil droit, vers 1920. BAnQ Québec (P600, S6, D1, P135). Photographe non identifié.

L'École technique n’a rien perdu de son panache malgré l’impressionnante tour centrale démolie en 1954. Cet édifice magnifique, situé à proximité de l’Hôpital général, longe toujours le boulevard Langelier. René Pamphile Lemay en est l’architecte. C’est le premier ministre Lomer Gouin qui, en 1909, rend possible l’édification de ce projet architectural d'une grande ampleur pour l’époque. L’école ouvre ses portes en 1911.    

À cette époque, la population du quartier se chiffre à 24 000 habitants. La main-d’œuvre nécessaire y est donc fortement présente. D’autant plus qu’en 1940, la population atteint un sommet historique de 40 000 habitants.   

Le bâtiment situé au 310, boulevard Langelier abrite maintenant le Centre de production artistique et culturelle Alyne-LeBel.   

Un texte de Catherine Lavoie  

Vous pouvez consulter la page Facebook de Bibliothèque et Archives nationales du Québec (BAnQ) en cliquant ici et son site Web en vous rendant ici.  

Sources :     

  • BLANCHET, Danielle, Saint-Sauveur à l’image du début du siècle, Québec, coll. Les quartiers de Québec, Ville de Québec, 1987, 50 p.   
  • GILBERT, Dale. Vivre en quartier populaire : Saint-Sauveur, 1930-1980, Québec, Septentrion, 2015, 330 p.   
  • OUELLET, Stéphanie. Histoire de raconter : Le quartier Saint-Sauveur, Ville de Québec, Arrondissement de La Cité, Québec, 2008, 24 p. Coll. Itinéraires histoire et patrimoine.    
  • https://www.ville.quebec.qc.ca/publications/patrimoine/docs/histoire_de_raconter_Saint-Sauveur.pdf, consulté le 30 avril 2019.   
  • S. a., «École technique», Ville de Québec, Site officiel de la Ville de Québec [en ligne]. https://www.ville.quebec.qc.ca  
  • S. A., «Église Saint-Angèle-de-Saint-Malo», Ville de Québec, Site officiel de la Ville de Québec [en ligne]. https://www.ville.quebec.qc.ca   
  • S. a., «Aqueduc», Ville de Québec, Site officiel de la Ville de Québec [en ligne]. https://www.ville.quebec.qc.ca   
  • S. a., «Boulevard Langelier», Ville de Québec, Site officiel de la Ville de Québec [en ligne]. https://www.ville.quebec.qc.ca   
  • S. a., «Église Saint-Sauveur», Ville de Québec, Site officiel de la Ville de Québec [en ligne]. https://www.ville.quebec.qc.ca   
  • S. a., «Hôpital général et le monastère des Augustines», Ville de Québec, Site officiel de la Ville de Québec [en ligne]. https://www.ville.quebec.qc.ca