/world/usa
Navigation

Pour Trump, l’élu républicain favorable à sa destitution est un «poids plume»

Pour Trump, l’élu républicain favorable à sa destitution est un «poids plume»
AFP

Coup d'oeil sur cet article

Le président américain Donald Trump a qualifié dimanche de «poids plume» un élu de son camp devenu la veille le premier républicain à appeler à sa destitution.

• À lire aussi: Un parlementaire républicain appelle pour la première fois à destituer Trump

L’élu du Michigan, Justin Amash, a estimé samedi que M. Trump avait eu un comportement pouvant correspondre à la qualification «d’obstruction à la justice». 

Pour Trump, l’élu républicain favorable à sa destitution est un «poids plume»
AFP

«Il ne fait aucun doute que quelqu’un qui ne serait pas président des États-Unis serait inculpé sur la base de telles preuves», avait-il soutenu sur Twitter.

«Je n’ai jamais été admirateur de Justin Amash, un poids plume qui s’oppose à moi et à certaines de nos grandes idées et politiques républicaines uniquement pour faire parler de lui en créant la controverse», a répliqué le président dans un tweet dimanche.

«Justin est un perdant qui fait malheureusement le jeu de nos opposants!», a-t-il ajouté.

Justin Amash avait aussi accusé le ministre de la Justice Bill Barr d’avoir «délibérément» induit le public en erreur au sujet de la teneur de l’enquête du procureur spécial Robert Mueller sur l’ingérence russe dans l’élection présidentielle américaine de 2016.

«Contrairement à la description qu’en fait M. Barr, le rapport Mueller révèle que le président Trump a pris des mesures et a eu un comportement pouvant conduire à un “impeachment”», a jugé M. Amash.

«S’il avait vraiment lu le rapport Mueller biaisé [...], il aurait vu qu’il était malgré tout catégorique sur le fait qu’il n’y a PAS EU DE COLLUSION et, au final, PAS D’ENTRAVE», a encore lancé M. Trump.

Certains démocrates, majoritaires à la Chambre des représentants, estiment que des éléments du rapport Mueller démontrent que le président a «entravé la justice», notamment la sénatrice et candidate à la présidentielle, Elizabeth Warren, qui appelle à la destitution de Donald Trump. 

Côté républicain, le sénateur Mitt Romney a dit dimanche ne pas être du même avis que M. Amash.

«Je le respecte. Je pense que ses propos sont courageux». Mais «je ne pense tout simplement pas que les éléments nécessaires pour prouver une entrave à la justice soient là», a-t-il déclaré sur CNN.