/news/consumer
Navigation

Les fraises du Québec seront en retard

Coup d'oeil sur cet article

Les amateurs de petits fruits du Québec devront prendre leur mal en patience puisque, avec le long hiver et le printemps pluvieux et frais que l’on a connus, les premières productions sont retardées.

C’est à tout le moins le constat que font les producteurs de fraises de l’île d’Orléans, qui s’attendent à ce que les premiers fruits arrivent sur les étals avec une à deux semaines de retard.

«On va espérer, difficilement, avoir des fruits avant le 24 juin», a résumé l’agronome Louis Gauthier, en entrevue à TVA Nouvelles. Selon lui, les premières fraises de l’île peuvent généralement être cueillies aux environs du 19 juin.

«On a eu des conditions très fraîches depuis la fonte des neiges. La neige est partie tard également. Donc, on entrevoit un retard dans les premiers fruits de sept à dix jours», a confirmé Louis Gosselin, propriétaire de la ferme François Gosselin. Une quantité limitée de pluie et beaucoup de soleil sont nécessaires pour que les plantes et les fruits se développent rapidement, a-t-il rappelé.

Heureusement, des techniques agricoles permettent de pallier le problème. Les cultivateurs peuvent, par exemple, installer des bâches flottantes au sol, ce qui permet de devancer la date de début de la saison.

«Les couvertures emprisonnent le rayonnement infrarouge du soleil. Ça garde la chaleur à proximité des plans et fait augmenter leur croissance», a expliqué Louis Gauthier.