/sports/hockey
Navigation

Les Hurricanes optimistes pour le futur

Les Hurricanes optimistes pour le futur
Photo AFP

Coup d'oeil sur cet article

Après avoir raté les séries éliminatoires de la Ligue nationale de hockey (LNH) lors de neuf saisons consécutives, les Hurricanes de la Caroline se sont rendus en finale de l’Association de l’Est cette année. L’ambiance était donc bien différente de celle des dernières saisons à l’occasion du bilan de saison, lundi.

Malgré l’élimination en quatre petites parties face aux Bruins de Boston au troisième tour, les joueurs semblaient être bien plus optimistes à l’amorce des vacances que par le passé.

À son deuxième séjour avec l’organisation, le capitaine Justin Williams a vécu une campagne décevante en 2017-2018. Il était donc très heureux de la progression de l’équipe lors de la plus récente campagne.

«Nous avons fait de bonnes choses parce que nous avions des attentes, pas par chance», a fait valoir Williams, selon le site officiel de l’équipe. «Nous avons fait les choses de la bonne façon et nous avons joué l’un pour l’autre. Peut-être que, de l’extérieur, les gens se demandaient: “wow, d’où viennent-ils?” Mais c’est puissant lorsque tout le monde est réuni pour faire la même chose.»

S’il n’a pas de contrat pour la prochaine campagne et qu’il ne sait pas s’il prolongera sa carrière, le vétéran de 37 ans s’attend à ce que les Hurricanes poursuivent leur ascension lors des prochaines saisons.

«Je suis absolument fier d’où nous sommes rendus par rapport à là où nous étions. Mais c’est comme les blocs de construction, n’est-ce pas? Nous empilons les Lego. Maintenant, faisons quelque chose d’encore plus gros!»

Reviendra, revendra pas?

Williams n’est pas le seul joueur incertain quant à un retour à Raleigh la saison prochaine. Le gardien Petr Mrazek sera lui aussi joueur autonome sans compensation.

Ayant accepté un contrat d’une seule saison à 1,5 M$ l’été dernier, le Tchèque a certainement fait grimper sa valeur, maintenant une fiche de 23-14-3, une moyenne de buts alloués de 2,39 et un taux d’efficacité de ,914 en saison régulière.

«J’adorerais rester, mais nous savons tous que ce sport est un business. Nous allons voir ce qui va se passer... J’espère que nous trouverons un moyen [pour nous entendre].»