/misc
Navigation

Montréal, les Patriotes et la colonne Nelson

La colonne Nelson de Montréal en 1830
Photo Wikipedia La colonne Nelson de Montréal en 1830

Coup d'oeil sur cet article

Vous avez vu? Des anarchistes ont peinturluré les monuments honorant le premier ministre John A. Macdonald et la reine Victoria à Montréal. La colonne Nelson ne les intéresse pas. Avec la fête des Patriotes, c’est le moment de se rappeler quelques faits. «Je me souviens», c’est notre devise nationale. 

Si nous avons longtemps été une société arriérée et bigote, pour reprendre l’expression des Anglos à notre sujet, c’est en partie à cause d’eux. Avec l’appui de Mgr Lartigue et de l’Église catholique, ils ont écrasé le mouvement émancipateur incarné par les Patriotes. L’écrasement de la rébellion de 1837-38, la défaite de l’élite laïque, libérale et républicaine par les troupes du général John Colborne et ses milices recrutées chez Anglo-montréalais a mis les curés en selle jusqu’au début des années 1960. 

Colborne a fait bombarder les villages de Saint-Eustache et de Saint-Benoît, alors que ses féroces milices supplétives recrutées notamment parmi les membres du «Doric Club» de Montréal mirent à feu et à sang les fermes de la Rive-Sud. C’est ce qui lui a valu le surnom de «vieux brûlot». Et jusqu’à l’année dernière, une avenue et un parc honoraient encore la mémoire de Colborne à Chambly, une région où ses troupes avaient commis leurs pires exactions. Bravo au maire de la ville, Denis Lavoie pour avoir finalement mis fin à cette humiliation. 

Adoré des Anglo-montréalais, ils avaient donné son nom à la rue à la base de laquelle se trouvait la prison où plusieurs patriotes ont été pendus dont Chevalier de Lorimier. Il a fallu attendre jusqu’en 1883 pour qu’on enlève l’odonyme Colborne qui la souillait pour le remplacer par de Lorimier. 

Ceux que René Lévesque appelait les «Rhodésiens blancs» ont constitué la classe dominante à Montréal pendant une bonne partie de son histoire, c’est pourquoi tant de rues, de places et de lieux publics portent des noms destinés à rappeler leur prééminence sur leurs sujets francophones: de Nelson à Wellington en passant par Victoria, nous rendons hommage à toute une pléthore repoussante de colonialistes et suprématistes britanniques. 

C’est le cas de la colonne Nelson dans le Vieux-Montréal qui honore l’homme qui a vaincu la flotte napoléonienne à Trafalgar. Les francophones vouaient à Napoléon beaucoup d’admiration. Pendant des générations ce prénom était courant dans les familles du Québec. 

Certains diront que ce ne sont que des symboles. Ce sont des symboles de notre assujettissement. Nelson était un méprisant raciste, comme l’a rappelé en 2017 un article du journal britannique The Guardian qui réclamait qu’on déboulonne la colonne érigée en son honneur à Londres: 

« Nelson was a white supremacist. While many around him were denouncing slavery, Nelson was vigorously defending it. Britain’s best known naval hero used his seat in the House of Lords and his position of huge influence to perpetuate the tyranny, serial rape and exploitation organised by West Indian planters, some of whom he counted among his closest friends. »  

Ce sont les marchants anglo-montréalais qui ont souscrit pour faire ériger la colonne. Quelques seigneurs «collabos» francophones y ont aussi contribué ainsi que les Sulpiciens. En 1893, des étudiants en droit patriotes, dont le fils du premier ministre Honoré Mercier, sont arrêtés alors qu’ils se préparent à faire sauter le monument. 

Le maire Pierre Bourque s’était demandé dans les années 1990 si ça ne serait pas une bonne idée de la déménager à Westmount. Bons débarras! 

Cela ne se fera pas: les Anglais prendraient ombrage et ils contrôlent à toutes fins utiles la mairie de Montréal. La colonne Nelson est l’un des plus anciens monuments au monde célébrant l’amiral britannique. Plus vieille que celle de Londres. On devrait en être fier, non?