/news/provincial
Navigation

Grand Marché : la Ville démonte un des arguments juridiques de François Marchand

Grand Marché : la Ville démonte un des arguments juridiques de François Marchand
Photo d'archives, Pascal Huot

Coup d'oeil sur cet article

La Ville de Québec a démonté, mardi, un des arguments juridiques de l’avocat François Marchand qui conteste la démolition imminente du Marché du Vieux-Port devant les tribunaux.

« On n’est pas sous la juridiction de la Commission d’urbanisme. On n’a pas besoin d’avoir une autorisation pour ce lieu-là », a insisté Marie-Josée Savard, vice-présidente du comité exécutif, mardi soir, lors du conseil municipal.

Cette dernière répondait à une série de questions de Me Marchand. L’avocat avance plutôt que la démolition doit d’abord être avalisée par la Commission d’urbanisme et de conservation de Québec, puisque l’immeuble est situé dans l’arrondissement historique du Vieux-Québec.

Appels d’offres

Mme Savard a par ailleurs répété que les appels d’offres pour la démolition du Marché du Vieux-Port seront lancés incessamment. La démolition et l’installation d’une tente doivent se faire à partir de la mi-juin et durer entre six et huit semaines. Selon l’échéancier de la Ville, l’ouverture du marché satellite est toujours prévue pour la première semaine d’août.

Pas crédible

M. Marchand a répliqué que cet échéancier ne lui semble pas crédible. « Est-ce qu’on n’est pas en train de saboter la saison du Marché du Vieux-Port pour faciliter celui d’ExpoCité ? » s’est-il demandé.