/sports/baseball/capitales
Navigation

Karl Gélinas reçoit le feu vert

Karl Gélinas reçoit le feu vert
Photo Journal de Québec, Stevens LeBlanc

Coup d'oeil sur cet article

TROIS-RIVIÈRES – Les Capitales de Québec pourront compter sur le vétéran lanceur de 35 ans Karl Gélinas à l’occasion de leur premier match local, qui les opposera aux Jackals du New Jersey, mardi soir dès 19h, au Stade Canac.

«C’est le fun de pouvoir être le lanceur partant pour le premier match à domicile. C’est bien aussi de pouvoir retourner à la maison et d’être dans nos affaires, puis d’appuyer sur le bouton reset après cette série face aux Aigles», a lancé Gélinas.

L’artilleur d’expérience des Capitales était tenu à l’écart du jeu depuis plus d’une semaine puisqu’il s’est foulé le pouce, samedi dernier à Sainte-Marie-de-Beauce, à la suite d’un contact avec son coéquipier au premier but. Gélinas se sentait prêt à sauter sur le terrain avec ses coéquipiers en fin de semaine face aux Aigles de Trois-Rivières, mais les dirigeants de son équipe ont préféré ne prendre aucun risque.

Lacunes au monticule

Les Capitales ont subi toutes sortes de problèmes sur la butte en ce premier week-end d’activité dans la Ligue Can-Am. «Je trouve qu’on n’a pas été très bons. J’ai vu quelques belles choses, mais j’ai vu beaucoup de choses que j’ai plus ou moins aimées. On a souvent tiré de l’arrière sur les frappeurs et on a fait des erreurs qui ont été coûteuses», a affirmé l’instructeur des lanceurs de la Vielle Capitale.

Arik Sikula, Scott Richmond, Matt Marsh et Laclan Fontaine ont été ceux qui ont obtenu le vote de confiance pour être les partants lors de ces rencontres, mais ils devront rapidement tourner la page pour retrouver leur confiance.

«On doit se ressaisir et se remettre sur le droit chemin. C’est un début de saison qui est plus difficile. Nous, les lanceurs, on doit prendre une longueur d’avance sur les frappeurs. On doit être en contrôle au lieu d’être obligés de se battre avec des coureurs sur des buts parce qu’on a donné un but sur balles ou qu’on a atteint un frappeur quand on avait un cône de 0-2. Ce sont des trucs comme ça qui nous mettent dans le pétrin», a analysé Gélinas au terme de la série face aux Oiseaux.