/news/politics
Navigation

À Washington pour rencontrer Alcoa, Legault s’en prend au syndicat de l’ABI

Coup d'oeil sur cet article

 WASHINGTON | François Legault a continué de critiquer le syndicat de l’aluminerie de Bécancour (ABI), en lock-out depuis 16 mois, alors qu’il rencontrait le PDG d’Alcoa à Washington.

 «Je veux en parler, de ce problème chez ABI. Sur comment on peut aider à trouver une solution. On a 1000 employés en lock-out depuis 16 mois. J’ai déjà dit directement que le syndicat des métallos n’est pas raisonnable», a lancé le premier ministre mercredi lors d’un point de presse peu avant une rencontre avec Roy Harvey, le PDG du géant de l’aluminium Alcoa, propriétaire de l’usine.  

 Durant ce tête-à-tête, M. Legault a souligné à M. Harvey qu’il allait lui parler du conflit de travail lorsque les journalistes sortiraient de la pièce après la prise de photo officielle.  

 Gros salaire

 M. Legault dit vouloir aider Alcoa à trouver une solution pour mettre fin à ce long lock-out. Il n’a pas spécifié les outils à sa disposition pour y arriver, mais n’a pas manqué au passage d’écorcher les employés de l’usine, «payés en moyenne 92 000 par année», soit beaucoup plus que le salaire moyen au Québec, a-t-il ajouté.  

Qui sont les hommes et les femmes derrière nos politiciens? Emmanuelle présente... un balado animé par Emmanuelle Latraverse.

 Il souligne que le syndicat demande trop d’heures de libération syndicale et un fonds de pension trop généreux, «alors que dans la plupart des entreprises au Québec, c’est 50-50, et ça c’est quand il y a un fonds de pension».  

 «Je demande aux syndicats d’être raisonnable. Il n’y a pas que les travailleurs, il y a également des retombées de 500 M$ pour la Mauricie, il y a les fournisseurs, les sous-traitants», a-t-il dit. «Je vais voir avec le président ce qu’il est possible de faire pour accélérer la résolution du conflit», a affirmé M. Legault.  

 Legault rencontre un proche de Trump

 En plus d’ABI, Alcoa est également propriétaire d’une aluminerie à Deschambault ainsi qu’à Baie-Comeau. Plus tard en journée, M. Legault doit rencontrer le principal conseiller du président Trump en matière d’énergie, Wells Griffith. M. Griffith est également directeur des dossiers Énergie et affaires internationales sur le National security council.  

 M. Legault veut promouvoir l’hydroélectricité québécoise comme étant une énergie propre et peu coûteuse. Il aura fort à faire pour convaincre M. Griffith, qui défend l’usage des énergies fossiles comme le charbon, le pétrole et le gaz de schiste, dont les États-Unis sont d’abondants producteurs.    

 Au matin, il a prononcé un discours devant le Conseil des affaires canado-américains où il a fait valoir les atouts du Québec: bonnes universités, ressources naturelles abondantes, électricité peu coûteuse et bas salaires.