/opinion/columnists
Navigation

Le Canada: de moins en moins français

Le Canada est un pays bilingue de langue anglaise.

Coup d'oeil sur cet article

La Presse nous apprenait hier que le français suscite de moins en moins d’intérêt au Canada anglais.

Non seulement les Canadiens anglais se demandent de plus en plus s’il est nécessaire d’apprendre une autre langue que l’anglais, mais lorsqu’ils y pensent, ils se demandent pourquoi ce serait le français.

Comme si le mythe du bilinguisme officiel, porté par Pierre Elliot Trudeau à partir des années 1960, se décomposait sous nos yeux.

Trudeau

Certes, il demeure inscrit dans la loi, et rares sont ceux qui le contestent ouvertement, mais il mord de moins dans la réalité. Il n’y a pas de rejet massif du bilinguisme officiel, qui bénéficie de la force du statu quo, mais la tendance semble indiscutable. On voit mal ce qui pourrait l’inverser.

J’aime dire que le Canada est un pays bilingue de langue anglaise. Bien franchement, jamais cette formule ne m’a jamais semblé aussi juste.

Évitons toutefois d’y voir une affaire morale. Seuls les rêveurs s’imaginent que le commun des mortels apprend une autre langue pour le simple plaisir de se cultiver. Sauf lorsqu’il s’agit des polyglottes de vocation, on apprend une langue parce qu’elle nous est nécessaire.

Écoutez Les idées mènent le monde, une série balado qui cherche a éclairer, à travers le travail des intellectuels, les grands enjeux de sociétés.

De ce point de vue, pourquoi les Canadiens anglophones, qu’ils proviennent du vieux Canada anglais ou qu’ils soient issus de l’immigration, apprendraient-ils le français ? Ils n’en font jamais l’expérience, et certains, même s’ils ne le disent pas ouvertement, voient dans les garanties qui lui sont accordées une forme de traitement préférentiel injuste.

On arrive ici à la conclusion logique de la négation des deux peuples fondateurs. Si le peuple québécois n’est qu’une communauté ethnique parmi d’autres, pourquoi sa langue est-elle théoriquement mise sur le même pied que l’anglais ?

En fait, même au Québec, le français devient de plus en plus optionnel. À tout le moins, c’est le cas à Montréal. En fait, le français redevient peu à peu, sans qu’on ne le dise ouvertement, la langue de ceux qu’on appelait autrefois les Canadiens français.

Progressivement, notre langue perd du terrain et s’impose l’idée que le principe du Québec français doit être remplacé par le principe du Québec bilingue. On ose même nous présenter cela comme une chance immense pour la majorité historique francophone, qui trouverait là l’occasion d’enfin s’ouvrir sur le monde en s’adaptant aux codes et usages linguistiques du continent nord-américain.

Combat

Pour défendre et promouvoir le français, la pédagogie ne suffira jamais.

Il faut rendre le français nécessaire dans la vie de tous les jours et dans la vie économique. Le français doit redevenir la langue du pouvoir.

Après plus d’une décennie de débats, le Québec posera enfin un geste politique décisif sur le plan de la laïcité.

C’est très bien. Une fois cela fait, il faudra en revenir à la question centrale, qui n’aurait jamais dû quitter notre radar collectif : celle de l’avenir du français.

L’État québécois devra s’y mettre.

Ce sera la prochaine grande bataille pour le peuple québécois. Elle sera particulièrement difficile. Elle n’en sera pas moins absolument nécessaire.