/news/politics
Navigation

Les Lavallois floués de 116 M$

C’est ce que la Ville dit avoir payé en trop dans le système de contrats truqués du maire Gilles Vaillancourt

Coup d'oeil sur cet article

Les contribuables lavallois ont été floués d’au moins 116 millions $ qu’ils ont payés en trop dans le stratagème de contrats truqués que l’ex-maire Gilles Vaillancourt a orchestré durant 14 ans de règne. 

La Ville de Laval a finalement chiffré ses pertes dans le «système Vaillancourt» après avoir évalué son «préjudice global lié à la corruption et à la collusion des contrats» publics de construction octroyés entre 1996 et 2010, selon des documents judiciaires consultés par Le Journal

Ces renseignements inédits sont récemment venus étayer la réclamation de 22 M$ intentée par la Ville contre l’ancien magnat de la construction Tony Accurso, condamné l’été dernier dans cette affaire à la suite d’une enquête de l’Unité permanente anticorruption, et trois entreprises qui lui appartenaient. 

L’ex-maire Gilles Vaillancourt, qui a écopé de six ans, n’aura été emprisonné que 12 mois.
Photo Ben Pelosse
L’ex-maire Gilles Vaillancourt, qui a écopé de six ans, n’aura été emprisonné que 12 mois.

20 % d’un demi-milliard 

Laval «estime que la valeur totale des contrats liés à la construction ayant fait l’objet de collusion et de corruption [...] est d’environ 580 M$», a déclaré sous serment François Boisclair, l’auditeur-enquêteur de la Ville interrogé par la défense en marge de cette poursuite. 

Selon la demanderesse, les soumissions de ces contrats d’un demi-milliard de dollars ont été frauduleusement gonflées « d’au moins 20 % » par les participants à ce stratagème de collusion. 

Ces dommages de 116 M$ sont le résultat d’une estimation que le témoin Boisclair a qualifiée de conservatrice et qui ne touche pas la totalité des contrats publics octroyés par la Ville durant ces 14 années. 

41 millions $ récupérés 

Les pertes englobent «des travaux de génie civil, les contrats d’approvisionnement en asphalte [et] en pierre concassée, [...] la réfection de chaussée, ainsi que les contrats à des firmes d’ingénierie», a témoigné M. Boisclair, qui fut embauché par la Ville en 2016 après avoir travaillé comme analyste enquêteur à la commission Charbonneau. 

Qui sont les hommes et les femmes derrière nos politiciens? Emmanuelle présente... un balado animé par Emmanuelle Latraverse.

Jusqu’à présent, Laval a récupéré 41 M$, dont la moitié a été versée sur une base volontaire par l’ex-maire et des complices. Elle a intenté 11 poursuites judiciaires totalisant 55 M$ dans ce dossier. 

«La Ville continue à déployer les efforts nécessaires pour faire valoir les droits des contribuables lavallois et récupérer le maximum de fonds détournés», a réitéré hier au Journal une porte-parole de la Ville, Anne-Marie Braconnier. 

Pour pouvoir participer à ces appels d’offres, dont les gagnants étaient choisis d’avance, les entrepreneurs remettaient une ristourne équivalente à 2 % de la valeur du contrat remporté aux collecteurs de fonds du parti de Vaillancourt. 

Ces pots-de-vin ont servi à enrichir celui qu’on surnommait le « maire à vie » et certains de ses comparses, en plus de payer des dépenses électorales. 

La Ville soutient que les firmes qui étaient la propriété de Tony Accurso – Construction Louisbourg Ltée, Simard-Beaudry Construction et une compagnie à numéro autrefois appelée Ciments Lavallée ltée – ont obtenu «la plus grande part» du gâteau. 

Elles avaient raflé 84 contrats publics d’une valeur totalisant près de 110 M$ et dont une proportion de 20 % fut « injustement payée », d’après la Ville. 

Le plus gros coup de l’UPAC  

  •  37 arrestations à la suite du projet Honorer de l’Unité permanente anticorruption en mai 2013 
  •  27 accusés ont plaidé coupables, notamment de complot pour fraude 
  •  1 seul d’entre eux, Tony Accurso, a été déclaré coupable au terme d’un procès 
  •  6 ont été libérés en bénéficiant d’un arrêt des procédures 
  •  3 sont décédés avant d’être jugés 
  •  L’ex-maire Vaillancourt a écopé de la plus longue peine, soit six ans, en plus d’avoir restitué 8,6 M$ à la Ville, dont 7 M$ qu’il avait placés dans des comptes en Suisse.   

Le stratagème pour voler les Lavallois et collecter des ristournes en argent comptant par Gilles Vaillancourt et sa bande est expliqué dans le livre intitulé Le Monarque, publié l’an dernier aux Éditions du Journal. 

Photo courtoisie

 

Visitez qub.radio pour ne rien manquer de notre programmation quotidienne et de nos baladodiffusions