/sports/hockey
Navigation

Prêts à affronter la tempête

Les Huskies veulent racheter leur défaite face au Storm et gagner leur place en finale

Prêts à affronter la tempête
Photo Agence QMI, John Morris

Coup d'oeil sur cet article

HALIFAX | Les Huskies de Rouyn-Noranda auront soif de vengeance en se frottant au Storm de Guelph de Nick Suzuki en demi-finale de la 101e Coupe Memorial, vendredi soir, au Scotiabank Centre. S’ils veulent rejoindre les Mooseheads d’Halifax en grande finale, la formule est simple : ils devront éviter les revirements qui ont coûté cher dans le premier duel entre les deux clubs.

La bande du talentueux espoir du Canadien avait eu raison de celle de Mario Pouliot par 5-2, samedi passé, lors de l’entrée en scène des deux équipes championnes au rendez-vous national.

Cette fois, les représentants de la LHJMQ ne pourront se contenter de jouer les spectateurs dans ce match sans lendemain. Ils n’auront pas une autre chance de rebondir comme ce fut le cas contre Prince Albert et Halifax. Et ils en sont bien conscients.

« Je crois qu’on les a trop respectés dans le premier match, a résumé le capitaine des Huskies, Rafaël Harvey-Pinard, avouant lui-même qu’il ne connaît pas le tournoi désiré. On leur a laissé beaucoup trop d’espace. Il faut ajuster le tout en prévision du prochain match. »

« Au premier match, on ne savait pas trop à quoi s’attendre, a mentionné de son côté l’attaquant Félix Bibeau. On a vu que c’était une équipe talentueuse et qu’ils ont profité de leurs chances de qualité. Il faudra réduire leur temps et leur espace. Il faudra être très bon défensivement. »

Le storm comparé aux voltigeurs

Questionné sur le fait que le Storm ait été la seule équipe de toute la saison à se forger une avance de trois buts en période médiane contre les Huskies, l’entraîneur-chef et directeur général a dressé une comparaison étonnante devant les nombreux journalistes.

« Je pense que Drummondville a une équipe aussi dangereuse que le Storm de Guelph, a lancé l’homme de hockey à la recherche d’un deuxième titre d’affilée. Offensivement, les Voltigeurs étaient très dangereux et on s’est bien débrouillés contre eux. Pour nous, on n’a aucun complexe à avoir. Il faut jouer dans notre identité et être intelligent avec la rondelle. »

Pour la petite histoire, les Huskies ont remporté quatre de leurs six duels contre les Voltigeurs, éliminés par les hôtes de l’événement dans le carré d’as des séries du circuit Courteau.

Réveil offensif espéré

Pouliot est d’avis que la rencontre sonnera le réveil offensif de certains de ses gros canons. En plus d’Harvey-Pinard, le joueur de 20 ans Peter Abbandonato, meilleur pointeur pendant le calendrier régulier de la LHJMQ, n’est pas l’ombre de lui-même depuis le début des festivités.

« On a des gars qui ont peut-être pas produit autant que depuis le début de l’année, a débité Pouliot sans pointer personne. La bonne nouvelle, c’est qu’ils sont dus pour exploser. On ne peut pas avoir meilleur moment que demain [vendredi soir]. »

La seule finale de la Coupe Memorial mettant aux prises deux équipes du hockey junior québécois date de 2006 quand les Remparts de Québec avaient vengé leur échec des séries contre les Wildcats, à Moncton, en soulevant le prestigieux trophée.

Asselin pas rancunier

Victime d’un coup de patin sur l’épaule de la part de Bibeau, mercredi, le vétéran des Mooseheads, Samuel Asselin, s’expliquait mal que son assaillant ne s’en soit sorti qu’avec une pénalité mineure.

« J’ai déjà été suspendu pour un coup de patin dans le midget AAA, a-t-il rappelé. Je vais laisser les autres diriger. Et si on les affronte de nouveau, je vais m’arranger pour mettre la rondelle dans le filet. »

Les joueurs des Mooseheads ont profité de la journée pour se détendre en compagnie des membres de leur famille.