/sports/hockey
Navigation

«L’entrevue de Roy était exceptionnelle» - Pierre Dorion

Coup d'oeil sur cet article

Si Patrick Roy n’a pas obtenu le poste d’entraîneur-chef des Sénateurs d’Ottawa, ce n’est pas faute d’avoir laissé une bonne impression.

En entrevue à TVA Sports, le directeur général Pierre Dorion a préféré commenter l’embauche de l’heureux élu, D.J. Smith. Il a cependant fait savoir que Roy s’est très bien débrouillé lors de leur tête-à-tête.

«Aujourd’hui, c’est à propos de D.J., mais la seule chose que je vais vous dire sur Patrick, c’est que l’entrevue était exceptionnelle», a mentionné l’homme de hockey.

Roy – qui a rencontré Dorion lundi, à Montréal – faisait partie des sept candidats en lice pour le poste en compagnie de Jacques Martin, Rick Bowness, Troy Mann, Nate Leaman et Marc Crawford. Les Sénateurs en sont venus à la conclusion que Smith amènerait un vent de fraîcheur au sein d’une jeune organisation.

«On sait que D.J. est un entraîneur de la nouvelle génération, a affirmé Dorion. C’est quelqu’un qui communique très bien avec les joueurs, qui a beaucoup d’énergie et qui apporte un [effet] positif incroyable lorsqu’il fait son travail.»

Le directeur général a cependant précisé que l’attrait de Smith ne s’arrêtait pas à son âge. «Ce n’est pas seulement un jeune entraîneur, c’est un bon entraîneur.»

«Il n’y a aucun raccourci dans la nomination de D.J. Smith, a-t-il ajouté. Pour nous, c’était notre meilleur candidat, la personne qui va nous diriger aux séries éliminatoires d’ici quelques années.»

Deuxième phase

Bien que les Sénateurs aient connu une autre saison difficile en terminant au 31e et dernier rang de la LNH, Dorion rappelle que l’organisation suit le plan qui a été dessiné en 2017-2018, lorsque l’équipe a fait chou blanc.

«On connaît notre mandat chez les Sénateurs. À un certain moment, quand on a fait l’acquisition de Matt Duchene, on pensait [lutter pour la coupe Stanley]. Quand on a vu qu’on n’allait pas être une équipe compétitive qui pouvait entrer dans les séries, on a décidé de rebâtir l’équipe», a-t-il expliqué.

Aux yeux de Dorion, la seconde étape de la reconstruction est enclenchée chez les Sénateurs.

«En ce moment, on pourrait dire qu’on est dans la deuxième phase avec un nouvel entraîneur, et le pire est derrière nous. Nous nous voyons comme une équipe qui est en progression.»

La direction de la formation ottavienne en aura plein les bras dans les jours à venir. «Les prochaines semaines seront énormément occupées pour nous, a indiqué Dorion. La semaine prochaine, on va à Buffalo pour le camp d'évaluation de la Ligue nationale. Par la suite, on a des réunions avec tous nos recruteurs professionnels. On aimerait parler à certains joueurs de prolongation de contrat.»

Fidèle malgré tout

Malgré les insuccès et les situations de crise qui ont dû être gérées au cours des deux dernières années, Dorion demeure fidèle à son équipe et il n'a jamais été question pour lui de changer d'emploi.

«Être directeur général dans la Ligue nationale est un emploi que j’ai toujours voulu et je suis un des 31 hommes qui sont très chanceux de l’avoir. En plus, je travaille dans ma ville natale, dont je suis très fier. Jamais je n’ai pensé à abandonner mes fonctions», a-t-il tranché.