/portemonnaie/business
Navigation

Marcus Samuelsson, le Top Chef qui vient d'ouvrir un restaurant de haute gastronomie à Montréal

Coup d'oeil sur cet article

Même la haute gastronomie s’invite au buffet créatif de C2 Montréal. L’équipe de Porte-monnaie a rencontré le chef suédo-éthiopien Marcus Samuelsson qui a répondu à nos questions.

Chef primé à New York, il s’est imposé par un style différent de cuisine qui s’inspire des épices et des plats de son Éthiopie natale en même temps qu’il s’inscrit dans la culture européenne et américaine.

Il a ouvert un nouveau restaurant au Four Seasons de Montréal nommé Marcus où le menu tourne principalement autour des fruits de mer.

Avant de nous rejoindre dans la salle de presse où nous l’avons encerclé de micro et de caméra, Marcus Samuelsson participait à une master class où il a partagé ses valeurs et ses conseils avec une salle conquise à son charisme et à son histoire particulière.

Fils d’une famille décimée par la guerre civile éthiopienne, il a été adopté par des Suédois. Sa vie s’est vite confondue avec la cuisine. À l’audience, il révèle qu’il entretient un lien «spirituel» avec la nourriture qui dépasse, selon lui, les assiettes pour former des histoires et des expériences.

«Food chose me more than I chose food» a-t-il conclu.

Engagé, il affirme à travers sa cuisine et la renommée qu’elle lui apporte une forme de retour à l’Afrique, un respect de cette source qui ne l’a jamais quitté. Il s’attache à l’importance de la diversité et au développement durable qu’il applique dans ses restaurants.

On le voit arriver de loin avec son chapeau de paille, son pantalon africain et sa veste noire au dos de laquelle son prénom est gravé en grandes lettres rouges. Quand on lui demande quel est son plat préféré, il répond avec un zeste d’ironie qui cache une certaine profondeur : l’eau.

«J’aime l’eau, ajoute-t-il, c’est à la base de tout ce qu’on fait. Et quand vous allez dans un endroit où l’accès à l’eau est problématique, vous comprenez à quel point cela peut être compliqué».

Pour lui, le succès n’est pas une destination, un «arrêt de bus»; c’est un état d’esprit.

Et il nous le montre bien dans cette vidéo.

 

Suivez-nous sur
les réseaux sociaux