/finance/pme
Navigation

Femmes de tête: Le pari de se renouveler après 10 ans

La femme d’affaires Isabelle Huot s’est fondée sur l’écoute de sa clientèle pour faire évoluer son entreprise

Coup d'oeil sur cet article

Pour continuer de faire évoluer sa compagnie, la femme d’affaires Isabelle Huot s’est tournée vers ceux en qui elle a le plus confiance : ses clients. L’écoute dont elle a fait preuve durant les derniers mois lui a permis de repenser sa marque de A à Z, même après 10 ans d’existence. 

Nouveaux produits, nouveaux goûts, nouveau site web et nouvelle image : l’année 2019 était celle du renouveau pour l’entrepreneure et docteure en nutrition Isabelle Huot et elle n’a pas eu peur de plonger. 

  • ÉCOUTEZ le dernier épisode du balado de QUB radio Femmes de tête avec Isabelle Huot:

 

« J’ai beaucoup questionné les clients, explique Isabelle Huot. Quand je faisais des démonstrations en épicerie et que j’invitais les gens à venir goûter des plats Kilo Solution, ils me répondaient “est-ce que tu trouves que j’ai du poids à perdre ? C’est pour ça que tu me dis ça ?” » 

Nouvelles approches 

Elle s’est alors remise en question et a décidé, à la suite de plusieurs remue-méninges et sondages sur Facebook, qu’elle allait revoir son message. 

« Il y a une énorme évolution en nutrition dans les dernières années. On le voit juste avec le nouveau guide alimentaire, illustre-t-elle. Les gens ne voulaient plus entendre parler de perdre du poids, reconnaît-elle. Et ce n’est pas un régime que je propose. Alors je me suis dit que mon message n’était peut-être pas adéquat. » 

À l’écoute 

Écouter ses clients, tant lorsqu’elle est en épicerie que dans ses cliniques, est la base de sa réussite. Fondée en 2009, « Kilo Solution » a pris la tangente santé plutôt que celle de la perte de poids, et est devenue cette année « Isabelle Huot Docteure en nutrition ». 

« Toutes mes idées d’entreprise, ce sont mes clients qui me les donnent », assure-t-elle. Ils l’informent qu’ils manquent de temps pour cuisiner : elle relance sa gamme de produits frais en épicerie. Ils ne veulent plus se déplacer en clinique pour des consultations : elle offre en collaboration avec Énergie Cardio des consultations virtuelles. Puis elle a revampé sa gamme de plats congelés, sa boutique en ligne et prévoit un retour en force en épicerie. 

S’entourer 

Mais tout ça représentait un vrai saut dans le vide pour la femme d’affaires, qui avait l’habitude, ces dix dernières années, d’être seule aux commandes. « J’ai engagé de nouvelles personnes pour déléguer et me recentrer sur mes forces. Jusqu’à l’été dernier, je faisais encore de mes bons de commande et de mes inventaires. Ça n’avait aucun sens. » 

Photo Agence QMI, Sébastien St-Jean

Même si elle est un véritable bourreau de travail, elle devait revenir au développement des affaires. Ça lui a permis de retravailler sa structure de prix, afin d’être plus compétitive, pour retrouver sa cible : faire rayonner son entreprise à l’extérieur du Québec d’ici l’automne, et atteindre 3000 points de vente d’ici deux ans. 

« Des produits, ça s’exporte. Je ne pourrais pas dire que je vais aller faire de la clinique aux États-Unis, mais mes produits y ont leur place et là, je suis prête. » 

Meilleures décisions 

► J’ai engagé de nouvelles personnes pour déléguer davantage et me concentrer sur le développement des affaires et la mise en place de partenariat. 

► J’ai revu l’image de marque de l’entreprise. 

Pire décision 

►J’ai voulu grandir trop vite en explorant l’international trop rapidement. J’ai revu ma planification stratégique afin de me concentrer sur mes structures de prix et mon volume au Québec, et être prête et mieux outillée pour les marchés extérieurs. 

Un conseil aux jeunes entrepreneurs 

►Il faut apprendre à se relever après un échec. Regarder plus loin, et apprendre de ses erreurs.