/news/society
Navigation

Place à La Marche du rein dimanche

Coup d'oeil sur cet article

SAGUENAY | Une femme de Saguenay qui a perdu l'usage de ses deux reins, en 2016, se donne aujourd'hui comme mission d'aider les personnes atteintes d'une maladie rénale.

Michèle Brassard a accepté d'être la présidente d'honneur de la 13e édition de La Marche du rein qui se déroulera dimanche à Saguenay.

Cette activité de sensibilisation qui aura lieu simultanément dans 25 municipalités du Québec vise aussi à soutenir moralement les personnes affectées par une maladie rénale. On estime qu'elles sont plus de 450 au Saguenay-Lac-Saint-Jean.

Mme Brassard a eu la chance d'être greffée grâce à la générosité de son conjoint et au programme de dons croisés, mais elle est consciente que ce n'est pas toujours possible.

«C'est arrivé en janvier 2016, a-t-elle raconté à TVA Nouvelles. Je revenais du congé des Fêtes et j'avais tout simplement un petit mal de gorge.»

Michèle Brassard croyait qu'elle avait le rhume, mais il s'agissait plutôt d'un choc septique, une grave infection du sang causée par une bactérie.

«On m'a intubée et on a dit de faire venir la famille parce qu'on me donnait très peu de chance de survie», a-t-elle précisé.

Elle est revenue à elle par miracle après 10 jours dans le coma, mais les médecins lui ont annoncé que ses deux reins avaient cessé de fonctionner et que l'hémodialyse ferait dorénavant partie de sa vie.

«Mon conjoint m'a dit qu'il voulait me donner un rein, mais nous n'étions malheureusement pas compatibles», a expliqué Mme Brassard.

«On nous a alors proposé de s'inscrire au programme de dons croisés. On a été sélectionnés en juin 2017. Mon conjoint avait été jumelé avec quelqu'un à Winnipeg et, en échange, quelqu'un de l'Alberta se déplaçait à Québec pour me donner un rein. Mon conjoint me dit que c'est le plus beau geste qu'il a fait dans sa vie. Il est en pleine santé. On a repris toutes nos activités. Il m'a redonné la vie. C'est un don de soi qu'il a fait.»

Michèle Brassard aimerait bien que toutes les personnes aux prises avec une maladie rénale aient la même chance qu'elle. Elle rappelle l'importance de signer sa carte de dons d'organes.

«Les dons d'organes sauvent des vies et nous redonnent notre vie à nous, mais ça redonne aussi une maman à ses enfants, un papa à ses enfants, un enfant à ses parents, bref, la vie à une famille.»

Elle invite la population à se joindre à elle dimanche lors de la marche, dont le départ sera donné à 10 h de la Place Nikitoutagan, dans l’arrondissement de Jonquière.

«Les maladies rénales sont en progression, a-t-elle indiqué. C'est important d'adopter de saines habitudes de vie pour prévenir les risques de souffrir d'insuffisance rénale.»