/world/america
Navigation

Venezuela: au moins 25 détenus tués dans des affrontements avec la police

VENEZUELA-CRISIS-SHORTAGE
AFP

Coup d'oeil sur cet article

CARACAS | Au moins 25 détenus de droit commun sont morts et une vingtaine de policiers ont été blessés vendredi au Venezuela dans des affrontements dans un centre de détention à Acarigua (ouest), ont annoncé des organisations de défense des droits de l’Homme.

« Au total, il y a 25 détenus décédés et une vingtaine de policiers blessés », a indiqué à l’AFP Carlos Nieto, le directeur de l’ONG Una ventana de libertad (Une fenêtre de liberté), qui défend les droits des prisonniers.

Un premier bilan avait fait état de 23 prisonniers tués et 14 policiers blessés.

Selon M. Nieto, les heurts ont éclaté lorsqu’un commando des Forces d’opérations spéciales (FAES) a fait irruption dans le centre de détention préventive pour délivrer des visiteurs pris en otages jeudi par un détenu. Ce dernier, considéré comme le meneur des mutins, est mort dans les affrontements.

« Ce matin, ils ont envoyé les FAES et il y a eu des affrontements. Les détenus avaient des armes, ils ont tiré sur les policiers. Il semble qu’ils ont également fait exploser deux grenades », a expliqué le militant.

Selon un rapport interne de la police, cité par l’ONG, plusieurs policiers ont été blessés dans ces explosions. 

Le ministère des Affaires pénitentiaires ne communique jamais sur ce type d’affaires, alléguant que les centres de détention provisoire ne sont pas de son ressort. 

Au Venezuela, les cas de violence sont fréquents dans ces centres où, selon le code pénal, les détenus ne sont pas censés rester plus de 48 heures. 

Selon l’organisation, il existe 500 centres de détention provisoire dans le pays qui accueillent un total de 55 000 détenus, pour une capacité d’à peine 8000. 

Dans celui de la localité d’Acarigua, d’une capacité de 60 personnes, 500 personnes étaient détenues, indique le rapport policier. 

Selon Carlos Nieto, les mutins exigeaient de « la nourriture et un transfert dans des prisons », dénonçant également des « abus » de la part des policiers chargés de leur surveillance. 

Les centres de détention provisoire « ne sont pas des lieux appropriés pour détenir des détenus pendant plus de 48 heures. C’est le travail du ministère de s’occuper des prisonniers, mais il n’assume pas les fonctions qui lui incombent », a déclaré le militant. 

La situation est « chaotique » dans l’ensemble du système pénitentiaire, a-t-il ajouté, soulignant que des gangs prennent de plus en plus le contrôle de prisons. 

Interrogé par l’AFP, Humberto Prado, directeur de l’Observatoire vénézuélien des prisons, a dénoncé un « massacre ». 

Le 28 mars 2018, 68 prisonniers ont péri dans l’incendie de leurs cellules lors d’une mutinerie dans un centre de détention à Valencia (nord). En août 2017, 37 prisonniers sont morts dans un centre de détention de l’État d’Amazonas (sud), également lors d’une mutinerie.

Des ONG accusent régulièrement les FAES (une unité de police d’élite) de violations des droits de l’Homme, notamment d’exécutions extra-judiciaires, dans le cadre de la lutte contre la criminalité.