/investigations
Navigation

Fitzgibbon et un ami sous la loupe du commissaire

Leurs échanges ne sont pas inscrits au registre des lobbyistes

Coup d'oeil sur cet article

 

 Le commissaire au lobbyisme s’intéresse à une rencontre entre le ministre de l’Économie Pierre Fitzgibbon et un ami qui venait de lui rendre service en le délestant d’actions embarrassantes, a appris notre Bureau d’enquête.  

 

 Le 13 décembre, M. Fitzgibbon a reçu à son bureau le lobbyiste Luc Laperrière et ses clients de l’entreprise Alter&Go, indique l’agenda public du ministre, publié sur internet.  

 

 En novembre, M. Laperrière avait accepté d’acheter à M. Fitzgibbon ses actions d’une entreprise. Il a dû s’en débarrasser en catastrophe pour éviter une situation d’apparence de conflit d’intérêts.  

 

 La commissaire à l’éthique Ariane Mignolet enquête déjà sur cette transaction à la suite de révélations de notre Bureau d’enquête, en avril.  

 

 Francis Léonard, président-directeur général d’Alter&Go, a affirmé à notre Bureau d’enquête qu’il a reçu récemment du commissaire au lobbyisme une demande pour vérifier si la rencontre du 13 décembre avait fait l’objet d’une déclaration au registre des lobbyistes. « Je vais leur répondre que non », a-t-il dit en entrevue téléphonique.  

 

 Le porte-parole du commissaire au lobbyisme, Daniel Labonté, n’a pas voulu indiquer dans le cadre de quelle procédure sa demande a été faite. « Si elle est en lien avec des activités de la direction des vérifications et enquêtes, on ne la commente pas », dit-il.  

 

 « Entrées »  

 

 Selon M. Léonard, l’objectif de la rencontre était d’obtenir l’appui financier du gouvernement pour un projet numérique confidentiel.  

 

 L’homme d’affaires ne connaissait pas M. Laperrière. « [Il] semblait avoir des entrées pour que j’aie un rendez-vous rapidement. »  

 

 Selon M. Léonard, « un ancien du Parti libéral » lui a suggéré les services de M. Laperrière.  

 

 L’ex-député libéral André Drolet a confirmé à notre Bureau d’enquête qu’il avait fait cette référence. « Je savais que Luc Laperrière était quelqu’un de proche de M. Fitzgibbon. »  

 

 Dans une entrevue au Journal, M. Laperrière a confirmé qu’il connaît M. Fitzgibbon « depuis des années ». Le lobbyiste a affirmé qu’il a acheté le bloc d’actions que le ministre détenait dans Move Protéine. « C’était pour rendre service », a-t-il dit.  

 

 M. Fitzgibbon a vendu ses actions pour éviter toute apparence de conflit d’intérêts avec le nouveau président-directeur général d’Investissement Québec, Guy LeBlanc, un de ses amis, aussi actionnaire de Move Protéine.  

 

 « Des amis de longue date »  

 

 Le cabinet du ministre Fitzgibbon nous a confirmé avoir également reçu des questions du commissaire au lobbyisme concernant sa rencontre de décembre avec M. Laperrière et les représentants d’Alter&Go.  

 

 Selon le porte-parole Mathieu St-Amand, le ministre et M. Laperrière sont « des amis de longue date ». « M. Laperrière a eu le même accès au ministre que de nombreuses autres parties prenantes », dit l’attaché, qui a confirmé que le cabinet ne donnera « pas de suite au projet Alter&Go ».  

 

 

 LE REGISTRE DES LOBBYISTES EN BREF :  

 

  

  •  En échange d’une rémunération, pour le compte d’un client, d’une entreprise ou d’une organisation, les lobbyistes communiquent avec des titulaires de charges publiques (élus ou fonctionnaires) pour influencer leurs décisions.   

  

  •  La Loi sur la transparence et l’éthique en matière de lobbyisme les oblige à déclarer leurs activités dans un registre public.   

  

  •  Les lobbyistes qui offrent leurs conseils à titre de consultants ont 30 jours pour les déclarer, à compter du moment où leurs activités ont commencé.   

  

  •  Les représentants d’entreprise ou d’organisation qui effectuent eux-mêmes leurs représentations de lobbyisme ont quant à eux 60 jours pour le faire.   

  

  •  Aucun lobbyiste-conseil ou lobbyiste d’entreprise ne peut exercer ses activités moyennant une rémunération conditionnelle à l’obtention d’un résultat.     

 

 — Avec la collaboration de Philippe Langlois et Marie-Christine Trottier  

 

 Les contradictions se multiplient dans le dossier Laperrière  

 

 

 Le lobbyiste Luc Laperrière a multiplié les contradictions concernant ses inscriptions au registre des lobbyistes.  

 

 Dans une première entrevue avec Le Journal, en avril, le lobbyiste a soutenu s’être « enregistré » au registre des lobbyistes il y a un an en raison de ses liens avec la Coalition avenir Québec.  

 

 « J’ai six ou sept personnes de qui je suis très très près, à l’intérieur du parti, et la première chose que j’ai faite, c’est de m’enregistrer comme lobbyiste. »  

 

 Après plusieurs recherches, notre Bureau d’enquête n’a cependant trouvé aucune inscription au nom de M. Laperrière. Un premier mandat a été déclaré le 13 mai. Il n’a aucun lien avec le dossier d’Alter&Go.  

 

 Bénévole ?  

 

 Dans une entrevue avec notre Bureau d’enquête la semaine dernière, M. Laperrière a expliqué qu’il n’avait pas eu à déclarer ses services pour Alter&Go, puisqu’il les a accomplis à titre bénévole. « Je n’avais pas de mandat et je n’étais pas payé pour ça », dit-il.  

 

 Son client, Francis Léonard, président-directeur général d’Alter&Go, affirme cependant le contraire. Selon lui, le lobbyiste était lié par « un contrat en bonne et due forme ».  

 

 « Il n’y a personne qui travaille pour rien maintenant », a-t-il dit le 14 mai dans une entrevue téléphonique.  

 

 L’homme d’affaires n’a pas voulu révéler quelle était la rémunération prévue. « Je vais garder ça confidentiel », a-t-il plaidé.  

 

 Autre version  

 

 Quelques heures plus tard, après avoir parlé avec M. Laperrière, M. Léonard a changé sa version. « Il n’y a jamais eu de contrat ou d’argent échangé », a-t-il soutenu.  

 

 Pourquoi ne pas avoir fourni cette explication lors de la première entrevue ? « Tantôt, je ne savais pas quoi répondre. »  

 

 M. Léonard n’a pas exclu que M. Laperrière aurait pu être payé si la réponse du gouvernement avait été favorable aux demandes d’Alter&Go.  

 

 « J’imagine qu’à un moment donné, il aurait voulu un contrat. Personne ne fait rien pour rien », a-t-il reconnu.