/opinion/blogs
Navigation

La constitution pour sauver le PQ...

Après le naufrage...

La constitution pour sauver le PQ...
Photo courtoisie

Coup d'oeil sur cet article

Un livre qui commence par une pizza partagée chez Mathieu Bock-Côté, qui vous amène dans la salle à dîner de Jean-François Lisée et jusqu’au local du PQ de Rosemont, évacué en catastrophe ce fameux soir du 1eroctobre 2018, parce que, vainqueur, Québec solidaire faisait peur au monde... 

Très intéressant ce petit livre. On y trouve ce que les péquistes devraient savoir avant d’amorcer quoique ce soit... Avant de promettre un autre lunch gratos ou l’arc-en-ciel au bout du tunnel... 

Un petit bijou intitulé Après le naufrage, écrit par Fédéric Bastien, l'auteur de La Bataille de Londres, une bombe qui avait fait voler en éclat la soi-disant impartialité de la Cour suprême durant le rapatriement de la constitution, une manoeuvre d'envergure orchestrée par Pierre Élliott Trudeau, le «Moïse du peuple canadien». 

Cette fois Bastien se penche sur la dernière campagne électorale du PQ. C’est en quelque sorte, admet-il, une réplique au dernier livre de Jean-François Lisée : Qui veut la peau du Parti québécois? Il n’est donc pas tout à la gloire de l’ancien chef... 

La constitution pour sauver le PQ...
photo Le journal de Montréal, Ben Pelosse

Bardé de diplômes, prof à Dawson, candidat repoussé par le PQ, Frédéric Bastien est un indépendantiste ardent, aussi convaincu que peut l’être Bock-Côté du danger que courent les Québécois à rester dans le régime multiculturaliste fédéral. 

En fait, et tout le monde le sent bien en son for intérieur, le multiculturalisme de Trudeau, c’est l’assimilation homéopathique des satanés Canadiens français dont voulaient se débarrasser Lord Durham... 

Le PQ étant échoué lamentablement ses résurrections successives, l’éventualité du pays s’éloigne. Bastien estime tout de même qu’il y aurait encore moyen de moyenner. 

En optant pour la voie constitutionnelle, la «grande querelle», il serait possible de remettre les souveranistes à l'avant-scène de la politique québécoise.  

Et ce serait beaucoup plus facile qu’on ne le croit, il suffirait d’un leader à la hauteur, un qui aurait assez de pep dans le soulier pour réveiller la bureaucratie péquiste... Le PQ, au fil des ans, a fini par ressembler à un fonctionnaire grisonnant qui écoute les débats au Salon bleu comme on suit un match de hockey... 

Après avoir perdu son temps avec Lisée, Frédéric Bastien lance tout de même aux souverainistes d’ultimes bouées de sauvetage. Comprenne qui voudra le danger qui les guette de sombrer, corps et biens, dans un avenir qui se rapproche... 

La jaquette de son livre montre d’ailleurs le dernier autobus électoral du PQ dans la position du Titanic...