/opinion/columnists
Navigation

On prépare la guerre contre nous

Periode des questions
Photo Simon Clark Simon Jolin-Barrette accompagné de François Legault

Coup d'oeil sur cet article

Vous n’avez pas idée, chers lecteurs, du gros train qui va foncer vers nous.

Vérifiez la broche autour de votre tuque... Conseil d’ami...

François Legault dit vouloir tourner rapidement la page de la laïcité pour s’occuper de ce qui l’allume vraiment : l’éducation et l’économie.

Je sympathise avec lui, mais...

Haine

Comprenons-nous : le gouvernement Legault a raison d’aller de l’avant avec le projet de loi 21 sur la laïcité.

Son contenu est un strict minimum selon moi, mais je peux concevoir que le gouvernement ait voulu jouer de prudence.

Le gouvernement a aussi raison d’invoquer la disposition de dérogation et de vouloir adopter la loi avant l’été.

Je me demande toutefois si le gouvernement a bien anticipé ce que serait la réaction de l’intelligentsia juridico-politique du Canada anglais.

En tout respect, considérant l’inexpérience de cette équipe, considérant que les années Charest-Couillard ont dégarni l’expertise de notre fonction publique en matière d’affaires constitutionnelles et intergouvernementales, on peut se poser la question.

Il faut lire, dans le numéro de L’Action nationale de ce mois, le récit que l’avocat François Côté fait des réactions à sa défense du projet de loi 21 lors de la prestigieuse Constitutional Case Conference à Toronto, le mois dernier.

On y trouvait l’élite, la crème de la crème, les plus éminents spécialistes du Canada anglais en droit constitutionnel.

Ont-ils écouté avec sérénité, avec respect, avec cette « ouverture » que l’on exige toujours du Québec ?

Pantoute. Tout y est passé.

Tyrannie de la majorité, politique de la peur, refus « de l’Autre », discrimination, invalidation de la disposition dérogatoire, illégitimité du caractère distinct du Québec, etc.

François Côté écrit : « public hostile », « hermétisme fonctionnel total », « aucune écoute », « indignation à peine dissimulée », etc.

La contre-offensive se prépare et le gouvernement fédéral se joindra aux contestataires.

La « collision sera frontale » et « tous les coups seront permis », dit-il.

Il va venter, mes amis...

N’espérons pas une quelconque solidarité panquébécoise.

Le dernier sondage Léger montre qu’au Québec :

69 % des francophones appuient l’interdiction des signes religieux chez les enseignants, contre seulement 23 % des anglophones et 22 % des allophones.

65 % des francophones appuient cette interdiction chez les policiers, les gardiens de prison et les juges, contre seulement 23 % des anglophones et 18 % des allophones.

22 % des francophones disent avoir une « opinion positive » du hijab, contre 46 % des anglophones et 52 % des allophones.

Deux planètes, deux galaxies, deux Québec dans un.

Liberté

Non, ce n’est pas l’« ouverture » contre la « fermeture », mais deux façons opposées de concevoir la construction de l’harmonie sociale.

Surtout, n’ayons pas la naïveté de croire que c’est un débat sur l’étendue du droit de s’habiller à sa guise.

Le vrai débat est philosophique, politique, existentiel, ontologique.

Le vrai fond de l’affaire est de savoir si le Québec peut ou non être différent sans obtenir la permission du Canada.

Le gouvernement Legault entre dans la tempête, les francophones du Québec avec lui, et nous serons seuls.

Sera-t-il, serons-nous, à la hauteur ?