/news/currentevents
Navigation

Le SPVQ traite maintenant l’altercation à la grande mosquée comme un crime à caractère haineux

Le SPVQ traite maintenant l’altercation à la grande mosquée comme un crime à caractère haineux
Photo Agence QMI, Guy Martel

Coup d'oeil sur cet article

Le Service de police de la Ville de Québec (SPVQ) traite finalement l’altercation survenue samedi devant la grande mosquée de Québec comme un crime à caractère haineux.

À la suite de l’enquête qui a pris en considération la nature des propos tenus par le suspect, le SPVQ considère que le suspect a commis un crime haineux, a confirmé la porte-parole du service de police, Sandra Dion, à TVA Nouvelles, dimanche.

Samedi, le SPVQ était demeuré avare de détails quant aux circonstances qui avaient entraîné l’intervention policière devant la grande mosquée de Québec, mais avait avancé que l’incident n’était pour le moment pas traité comme un geste haineux.

Selon Mohammed Labidi, président du Centre culturel islamique de Québec, le suspect – accusé de voies de fait – se serait présenté près de l’entrée de la mosquée et aurait commencé à insulter les gens présents.

Malgré l’incident, la police se montre rassurante envers la communauté musulmane et assure qu’aucun danger ne la guette à ce moment-ci. Des patrouilles s’effectuent également régulièrement dans le secteur de la grande mosquée. Un agent de liaison du SPVQ est aussi entré en contact avec les représentants de la mosquée dès l’intervention des policiers.

Dimanche, plusieurs ministres réunis à Montréal pour le conseil général de la CAQ ont dénoncé le geste du suspect. Le ministre Simon Jolin-Barrette et le premier ministre François Legault ont cependant refusé d’y voir un lien avec le projet de loi 21 sur la laïcité de l’État.