/news/politics
Navigation

Projet de loi 21: les professeurs devraient être exclus, juge Catherine Fournier

Projet de loi 21: les professeurs devraient être exclus, juge Catherine Fournier
Photo Agence QMI, MARIO BEAUREGARD

Coup d'oeil sur cet article

Les enseignants du Québec devraient être exclus du projet de loi 21, encadrant le port de signes religieux, juge la députée indépendante, Catherine Fournier, allant ainsi à l’encontre de la position du Parti québécois, son ancien parti.

Dans de longues «réflexions du dimanche matin» publiées sur sa page Facebook, Mme Fournier a expliqué avoir un malaise «philosophique» à l’idée de voir des enseignant(e)s arborer des signes religieux en classe, mais croit qu’ils ne devraient pas être interdits pour autant.

«Pour moi, la religion n’a pas sa place à l’école, que ce soit dans le discours, ou dans la façon de s’habiller. D’aucune façon», a assuré la députée de Marie-Victorin, qui ajoute, en tant qu’athée ou agnostique, avoir «de la difficulté à comprendre comment un signe religieux peut être tellement important pour une personne que cette même personne refuserait de l’enlever».

Malgré ce point de vue, Catherine Fournier estime que l’impact de l’interdiction des signes religieux chez les enseignants va trop loin, en raison des impacts négatifs sur les membres de la profession.

«Je crois qu’il aurait été préférable que le gouvernement du Québec ne s’engage pas dans cette voie et qu’il s’en tienne plutôt au fameux “compromis Bouchard-Taylor”», a écrit la députée. Celle-ci croit donc que la Coalition avenir Québec devrait se contenter d’encadrer le port de signes religieux chez les gens en position d’autorité coercitive, comme les policiers, les juges et les gardiens de prison.

Mme Fournier fait ainsi faux bond à la position pour laquelle elle militait alors qu’elle était au Parti québécois, puisque ce parti considère que le projet de loi 21 ne va pas assez loin. Le chef du PQ, Pascal Bérubé, a notamment indiqué qu’à son avis, l’interdiction de porter des signes religieux devrait aussi être étendue au personnel des services de garde et aux gens qui travaillent dans les écoles privées.

Qui sont les hommes et les femmes derrière nos politiciens? Emmanuelle présente... un balado animé par Emmanuelle Latraverse.