/news/society
Navigation

Rouler en peloton de Lévis à la Gaspésie pour prévenir le suicide

Une quinzaine de cyclistes relèvera le défi de parcourir 600 kilomètre entre Lévis et la Gaspésie

peleton suicide
Photo courtoisie, Peleton suicide Le peloton de cyclistes du dernier Défi On roule pour toi sur la route, entre Lévis et New Richmond.

Coup d'oeil sur cet article

Un cycliste endeuillé par le suicide de son frère inspire des gens touchés par la détresse ou le suicide d’un proche en roulant 600 km, de Lévis à la Gaspésie, au sein d’un peloton tissé serré, à l’image d’une communauté unie.

Le suicide de Jean-François Boilard, à l’âge de 22 ans, en 2001, a ébranlé toute sa famille de New Richmond en Gaspésie, ainsi que ses amis.

Selon son frère, Cédric Boilard, le fait d’en avoir parlé et d’avoir fait appel à des ressources, comme des travailleurs sociaux ou des psychologues, a aidé sa famille et ses proches à surmonter cette épreuve.

«Dans la famille, on n’a pas tu le sujet. Au fil des années, on est allé chercher de l’aide. On n’est pas tous à la même vitesse, mais presque tout le monde à un certain moment s’est dit “OK, j’ai besoin d’un petit coup de main”», dit Cédric Boilard, qui habite Lévis.

Défi en groupe

Pendant plusieurs années, celui qui travaille en informatique le jour et pratique plusieurs sports le soir s’est demandé comment il pouvait s’impliquer pour la prévention du suicide, pour que d’autres familles ne subissent pas de tragédie semblable.

Lors d’une sortie en vélo, l’idée d’un défi en groupe s’est imposée.

«J’étais sur la route, en vélo, on était en peloton, en gang, et j’avais vraiment du fun. Je me suis dit “ça n’a pas de bon sens, c’est une révélation, c’est ça qu’il faut faire”. Dans la vie, on utilise nos proches et des services (pour s’en sortir), et c’est la même chose dans le défi, on s’aide, on coupe le vent de nos coéquipiers», image M. Boilard.

Pour la troisième édition du Défi On roule pour toi, une quinzaine de cyclistes quittera Lévis le 31 mai pour New Richmond, en Gaspésie, et fera 600 km de vélo en portant un message le long de son chemin.

Être un exemple

«On fait des arrêts un peu partout, les gens spontanément viennent nous voir aux ravitaillements et on en parle avec eux. C’est très positif, les gens sont heureux de voir qu’on est passés à travers cela. C’est mon gros bonheur de voir qu’on peut être un exemple», a pu constater Cédric Boilard. Selon lui, les cyclistes portent un message d’espoir, car malgré la douleur d’avoir perdu un être cher dans ces circonstances, ils s’en sont sortis.

Plusieurs membres de la famille Boilard gravitent aussi autour du défi, comme cyclistes ou bénévoles.

Depuis sa création, en 2017, le défi a amassé plus de 10 000 $ pour l’Association québécoise de prévention du suicide, et avant même la tenue de la 3e édition, la fin de semaine du 31 mai, 6000 $ ont été amassés.