/entertainment/stage
Navigation

Post humains: inquiétant et inévitable

Post humains présente un futur qui n’est pas si loin

Post Humains
Photo courtoisie Marie-Andrée Lemire Post Humains est une incursion dans le monde du transhumanisme et des cyborgs où l’être humain sera un jour transformé par la technologie. 

Coup d'oeil sur cet article

Dominique Leclerc était à la recherche de plus de modernité pour gérer son diabète de type 1. Elle a découvert un univers fascinant, inquiétant et surtout inévitable où l’être humain sera transformé par les technologies.

Présenté une dernière fois, ce soir, à 19 h, à la Salle Multi de la Coopérative Méduse, à l’occasion du Carrefour international de théâtre, Post Humains est une incursion dans le monde du transhumanisme, un mouvement où la science et la technologie ont pour objectif d’améliorer la condition humaine.

Théâtre documentaire, Post Humains, raconte la quête de Dominique Leclerc, qui a découvert, à l’âge de 24 ans, qu’elle était diabétique.

L’auteure, comédienne et metteure en scène trouvait inconcevable, en cette ère technologique, d’être obligée de calculer le taux de sucre dans son sang avec un appareil électronique inventé durant les années 1980.

Elle a fouillé sur le net à la recherche d’autres solutions et elle a découvert un univers qu’elle nous présente.

Dominique Leclerc raconte ses recherches. Elle présente des documents vidéo et recrée des entrevues qu’elle a réalisées, avec des gens qui tournent autour de cet univers, interprétés par le comédien Didier Lucien, dans une mise en scène minimaliste et aux allures futuristes d’Édith Patenaude.

Dominique Leclerc est aussi entourée, sur scène, par son conjoint Dennis Kastrup, Édith Paquet et le programmeur informatique Enno Park, que l’on devait voir en vidéo, mais qui est de passage à Québec.

L’évolution

Elle a assisté à des événements organisés par cette communauté qui cherche à améliorer le « vaisseau » humain. Elle a assisté à des implantations en direct, où un jeune homme s’est fait insérer un aimant dans un doigt, à des conférences et à un congrès de cyborgs en Allemagne.

Dominique Leclerc, qui n’a pas encore trouvé de solution à sa condition, ne prend pas position. Elle raconte, de façon divertissante, intéressante et avec humour, ce futur qui frappe à nos portes.

L’idée de posséder un corps plus intelligent, lorsque les avancées technologiques le permettront, peut-être, dans 25 à 50 ans, risque, au-delà des perceptions, de faire son chemin, lorsque la chose sera possible.

« Jusqu’où êtes-vous prêt à aller ? » questionne Post Humains. La réponse peut faire peur, mais elle semble tout à fait inévitable.

Le besoin d’aller vers l’avant, selon les membres de ces communautés, est irréfutable, et c’est quelque chose qui fait partie de l’évolution.