/news/currentevents
Navigation

Inondations: le ton monte à Sainte-Marthe-sur-le-Lac

Coup d'oeil sur cet article

 SAINTE-MARTHE-SUR-LE-LAC – Des citoyens ont profité de la première assemblée du conseil municipal de Sainte-Marthe-sur-le-Lac depuis les inondations d'avril pour faire montre de leur mécontentement, mardi soir.  

 Des centaines de personnes se sont présentées à l'église où se tenait exceptionnellement le conseil, compte tenu de l'affluence. Malgré 500 places assises à l'intérieur, plusieurs citoyens n'ont pu entrer dans l'édifice. 

Certains citoyens sont même arrivés très tôt, espérant pouvoir lire leur liste de questions aux élus de la municipalité. Le tout s'est déroulé sous la surveillance de policiers.  

Au début de l’assemblée, alors que les élus traitaient des affaires courantes à l'ordre du jour de la municipalité, la mairesse Sonia Paulus a été la cible d’insultes et elle a dû menacer de suspendre la séance pour tenter de ramener le calme.  

Des milliers de personnes vivent toujours les contrecoups de la rupture de la digue par laquelle le lac des Deux Montagnes s’est déversé dans la municipalité, le 27 avril dernier, inondant au passage des centaines de résidences.  

Une pétition sera déposée mercredi à l’Assemblée nationale à propos du statut de sinistrés des habitants de Sainte-Marthe-sur-le-Lac.  

«On est victime d’un drame. Ce n’est pas une inondation normale qui s’est passée ici. La digue, c’est comme si un barrage avait cédé. On ne peut pas être couverts de la même façon que des personnes qui sont inondées qui ont fait le choix d’être dans une zone inondable. On a fait le choix d’acheter une maison dans une zone non inondable. Le programme du ministère nous couvre mal», a expliqué un citoyen croisé par TVA Nouvelles avant le début de la séance du conseil.  

Pas moins de 6000 citoyens avaient dû être évacués lorsque la digue a cédé. La plupart de ces citoyens ne peuvent toujours pas habiter leur domicile en raison d’importantes rénovations à réaliser, tandis que d'autres demeures devront être démolies.