/opinion/columnists
Navigation

Les Verts devraient descendre de leur nuage

Les Verts devraient descendre de leur nuage
Photo Agence QMI, Mario Beauregard

Coup d'oeil sur cet article

Les militants écolos voudraient que les partis politiques (plus particulièrement les partis qui sont considérés pro-business, comme le Parti conservateur et la CAQ) cessent de ne penser qu’à la croissance économique et fassent davantage d’efforts pour lutter contre les changements climatiques.

Difficile de ne pas être d’accord.

Comme je l’ai déjà écrit dans une chronique qui a eu un certain retentissement, même auprès de gens qui me trouvent habituellement infréquentable et radioactif, la protection de l’environnement est trop importante pour être laissée à la seule gauche.

C’est un dossier qui nous implique tous et qui devrait transcender les clivages politiques et idéologiques.

PLUS VERTS, MOINS ROSES

Cela dit, si les conservateurs doivent prendre le combat environnemental au sérieux (c’est-à-dire : injecter une bonne dose d’idéalisme dans leur programme beaucoup trop pragmatique), les militants écologistes, eux, doivent effectuer le chemin inverse, et injecter une bonne dose de réalisme et de pragmatisme dans leur programme hyper idéaliste.

Les premiers doivent devenir plus verts. Et les seconds, moins roses.

Qu’est-ce que vous voulez, chers amis écologistes ? Gagner ou avoir raison ?

Sophie et Richard ne sont pas bons aux fourneaux, mais ils savent cuisiner leurs invités! Invitez-vous à la table de Devine qui vient souper? une série balado originale.

C’est bien beau, dire aux gens de ne plus prendre l’avion, mais c’est contre-productif.

On vous écoute, et on a juste envie de changer de poste ou de fermer la télé.

Savez-vous où l’on vit ? On vit au Québec ! Aller dans le sud l’hiver n’est pas un luxe, c’est un remède essentiel, qui devrait être prescrit par l’Association des psychiatres.

Quand un écolo me dit de ne pas prendre l’avion alors que 1500 jets privés ont atterri à Davos lors du récent Congrès sur l’environnement, j’ai la désagréable impression qu’on rit de moi.

Il y a trois ans, Leonardo Di Caprio a fait un aller-retour entre Cannes et New York en jet privé... pour aller chercher un prix qui lui a été remis lors d’un événement écologiste !

Allo ?

REGARDEZ COMME JE SUIS BON !

Quand on veut gagner une personne à sa cause, on ne lui demande pas l’impossible.

On ne lui demande pas de changer du tout au tout.

On ne fait pas la baboune chaque fois qu’elle fait un effort, en disant que ce n’est pas suffisant.

On l’encourage. On la félicite.

« Bravo, c’est un pas dans la bonne direction ! Plus qu’hier, moins que demain ! »

C’est comme ça qu’on gagne des votes. Pas en regardant les gens du haut de votre pureté et de votre intransigeance.

Oui, l’hydroélectricité pollue. Mais moins que le pétrole !

Rappelez-vous : le mieux est l’ennemi du bien.

La recherche de la perfection, loin d’aider à atteindre le but, nuit.

Parfois, je regarde certains écolos, et je me dis que ces gens ne veulent pas que les choses changent.

Ils veulent juste montrer à quel point ils sont bons, sages et vertueux.

LES PIEDS SUR TERRE

Et puis, arrêtez avec les discours catastrophiques !

Là encore, c’est contre-productif. On se dit que la situation est tellement grave que rien ne peut l’améliorer.

Vous voulez vraiment mettre les gens de votre bord ? Descendez de votre nuage et faites comme Jésus dans le Nouveau Testament : cessez de vous prendre pour Dieu et devenez humains.