/news/health
Navigation

Humiliées après avoir dû porter une couche et manger de la purée

Une formation qui devait mettre les employés d’un CHSLD dans la peau d’une personne âgée

Coup d'oeil sur cet article

Des employés d’un CHSLD de Repentigny ont dû porter une couche et manger un repas en purée lors d’une formation, pour mieux comprendre la réalité des résidents, dénonce le syndicat. 

« Elle a été très humiliée, elle pleurait ! » confie anonymement une collègue d’une préposée aux bénéficiaires du Centre d’hébergement multivocationnel Claude-David, à Repentigny. 

Le 22 mai dernier, quatre employés du Centre intégré de santé et de services sociaux (CISSS) de Lanaudière, dont deux préposées aux bénéficiaires, ont dû se joindre sans préavis à une formation donnée par un médecin et destinée à une dizaine de résidents en médecine. 

Jaquette et culotte 

Les préposées ont dû retirer leurs vêtements et enfiler une jaquette et une couche, ont témoigné plusieurs employés au Journal

Intitulée « atelier de simulation de perte d’autonomie cognitive et physique », la formation a pour but de se mettre dans la peau d’une personne âgée et vulnérable. 

Ce CISSS est le premier à offrir au Québec cette formation « novatrice », donnée dans plusieurs pays, nous dit-on. 

Envie d’uriner  

Les participants ont ensuite dû boire un grand verre d’eau avant d’être installés dans des chaises gériatriques avec tablette, une forme de contention qui ne permet pas de se lever. 

Au bout d’un moment, une préposée avait envie d’uriner. 

« Faites-le dans la culotte », lui aurait-on répondu. 

« Je suis tombée en bas de ma chaise quand j’ai entendu ça, réagit Thérèse Martin, présidente du syndicat local des préposés aux bénéficiaires (FSSS-CSN). C’est inacceptable. Je n’ai jamais vu une formation de cette nature-là. » 

Finalement, l’employée en question a refusé d’uriner dans la couche, et a attendu de pouvoir se rendre à la salle de bain, a-t-on appris. 

Pour le repas, les employés se sont fait servir un plat du centre d’hébergement en purée, dans lequel de l’acétaminophène et d’autres pilules de type placebo avaient été écrasés et incorporés. 

Questionnée à ce sujet, la direction du CISSS de Lanaudière répond que les employés n’étaient pas obligés « de faire quoi que ce soit ». 

« Les gens étaient libres d’y participer », dit Clément Comtois, directeur des ressources humaines au CISSS.  

Ce dernier ajoute que les participants pouvaient garder leur sous-vêtement sous la culotte d’incontinence. 

 Formation suspendue 

 Interpellé par le syndicat après la session du 22 mai dernier, le CISSS a décidé de suspendre la formation pour le moment. 

 « On va faire l’évaluation [...] pour s’assurer que c’est pertinent que les employés la reçoivent », dit M. Comtois. 

 « Les préposés sont déjà très empathiques, ils n’ont pas besoin de mettre une couche pour savoir comment on se sent. C’est assez dégradant », dit Mme Martin, qui souligne aussi la vulnérabilité des préposées. 

 « Quand t’es nouvellement embauchée, tu n’oses pas parler. Je trouve ça épouvantable. » 

Une formation qui aide les médecins 

Les futurs médecins soignent mieux les personnes âgées après avoir vécu leur réalité, constate le docteur qui anime la formation vêtu lui aussi d’une jaquette et d’une couche. 

« Les gens nous disent qu’ils sont plus conscients quand ils font une approche auprès de la clientèle, qu’ils vont mieux comprendre », souligne le Dr Tri Minh Tran, médecin de famille à Repentigny. 

Voilà trois ans que ce médecin anime cette formation auprès des résidents en médecine familiale (affiliés à l’Université de Montréal) dans Lanaudière. Jusqu’ici, une trentaine d’étudiants et des gestionnaires de CHSLD l’ont suivie. 

Fait à noter, les participants apprennent qu’ils devront porter une couche, une jaquette et des pantoufles juste avant le début de la session. 

« Pleine expérience » 

Pour vivre la « pleine expérience », les formateurs sont habillés comme les participants. 

« Ce qu’on voulait, c’était que les gens viennent sans aucune pensée », dit le Dr Tran. 

« De prime abord, ce n’est pas avec joie qu’ils voient ça, mais finalement ils ont compris l’objectif », précise-t-il. 

Il ajoute que les gens sont libres de refuser d’y participer. Aucun étudiant ne s’est désisté jusqu’ici.