/entertainment/opinion/columnists
Navigation

Les leçons de l’affaire Ludivine

Les leçons de l’affaire Ludivine
Photo courtoisie

Coup d'oeil sur cet article

Permettez-moi de revenir une dernière fois sur l’affaire Ludivine Reding. Manifestement, ce sujet vous touche, puisque ma chronique Ça va trop loin a été (et de loin) la plus lue de toutes celles que j’ai écrites dans Le Journal...

LA PHOTO QUI TUE

Vous avez été nombreux à m’écrire au sujet de Ludivine et des personnalités publiques qui ont été photographiées avec des gens à la réputation douteuse.

Vous m’avez parlé de tous ceux qui se sont fait photographier à côté d’Adonis Stevenson.

Je sais que le boxeur vit des heures difficiles, mais je rappelle quand même des faits connus.

À 20 ans, il faisait partie d’un gang de rue qui gérait une agence d’escortes. Les filles, qui avaient entre 17 et 25 ans, travaillaient 24 heures sur 24, 7 jours sur 7.

À son procès, le témoignage de ses victimes donnait froid dans le dos. Il organisait des combats de boxe entre ses victimes, les battait à répétition, les terrorisait. Stevenson a été condamné à quatre ans de prison.

Quand il est passé à Tout le monde en parle, en 2012, le boxeur a affirmé qu’il était un simple « garde du corps » pour les escortes...

Alors, combien de personnalités publiques se sont fait prendre en photo avec Adonis Stevenson et n’ont pas reçu un dixième des reproches adressés à Ludivine Reding ?

PIMP MA MAIRIE

Au sujet de ma chronique sur la mairesse de Montréal Valérie Plante qui, en mai 2018, se faisait photographier pendue aux bras du rappeur Snoop Dogg, certains lecteurs ont cru que la photo était tronquée ou était le fruit d’un montage.

Non seulement la photo est disponible sur le compte Instagram de la mairesse (avec le commentaire personnel suivant : « Bienvenue à Montréal, un plaisir de te rencontrer »), mais savez-vous ce que Snoop Dogg a écrit, sur son compte Twitter à l’époque ?

« Can’t wait to go back n chill wit my girl Valerie Plante ». (Traduction : « J’ai trop hâte de revenir et chiller avec ma girl »).

Sophie et Richard ne sont pas bons aux fourneaux, mais ils savent cuisiner leurs invités! Invitez-vous à la table de Devine qui vient souper? une série balado originale.

Quand on sait que Snoop Dogg s’est vanté à Rolling Stone d’avoir été proxénète et d’avoir eu un autobus rempli de « girls » à vendre...

Le Montreal Gazette a écrit en dessous de la photo de la mairesse et du rappeur : « On vous souhaite de trouver quelqu’un qui vous regarde comme Valérie Plante regarde Snoop Dogg ».

MusiquePlus a tweeté : « Snoop Dogg et Valérie Plante sont des #BFF ».

La mairesse lui a remis un chandail du Canadien à son nom.

GANGSTA RAP

Quelles seront les conséquences à court terme de l’affaire Ludivine Reding ?

Les organismes vont hésiter à engager des artistes comme porte-parole, car personne n’est à l’abri d’une maladresse.

Et les artistes vont hésiter avant d’accepter d’être porte-parole, sachant à quel point leurs moindres faits et gestes vont être scrutés à la loupe.

Les seuls qui sortent gagnants de cette histoire ce sont les rappeurs qui parlent de « bitches », de « cash », de « whore » dans leurs chansons. Des milliers de fans vont continuer de les écouter se vanter de traiter les filles comme des esclaves sexuels. En toute impunité.