/sports/opinion/columnists
Navigation

Troisième ou cinquième?

Albert Pujols (droite) a frappé son 2000e coup sûr dans les majeures cette saison, mais les sites de statistiques ne s’entendent pas sur le nombre d’athlètes qui l’ont précédé à ce chapitre.
Photo AFP Albert Pujols (droite) a frappé son 2000e coup sûr dans les majeures cette saison, mais les sites de statistiques ne s’entendent pas sur le nombre d’athlètes qui l’ont précédé à ce chapitre.

Coup d'oeil sur cet article

Les comptables n’arrivent pas toujours au même montant au bas de la colonne des chiffres... surtout si celui de votre comptable ne correspond pas à celui de l’impôt !!!

Pourtant, on m’a toujours dit que le baseball était un sport qui s’appuyait sur des statistiques, et aujourd’hui, je suis troublé.

Car depuis le jeudi 9 avril, on nous informe qu’Albert Pujols est devenu le troisième frappeur de l’histoire des majeures à atteindre le cap de 2000 points produits, en claquant un circuit contre les Tigers de Detroit.

Mais est-il le troisième ou le cinquième sur cette liste prestigieuse ?

Le baseball majeur utilise comme référence, trois comptables : le Baseball Almanac, le Baseball References et le Elias Sports Bureau. Et ces trois maisons ne présentent pas les mêmes chiffres lorsqu’on parle des points produits d’un nommé George Herman Babe Ruth.

Le premier indique que Ruth a produit 2213 points... Baseball References lui en donne 2214 et Elias lui en reconnaît seulement 1992 !!!

La seule explication fournie par le Elias Sports Bureau, c’est que les points produits n’étaient une statistique officielle avant 1920. Donc, Ruth a vu environ 200 points produits disparaître de sa feuille de route.

Si j’étais le président du fan-club de Ruth, je demanderais aux dirigeants du baseball majeur de trancher la question une fois pour toutes.

En ce qui concerne le cas de Pujols, qu’il soit troisième ou cinquième ne change en rien son éventuelle admission au Temple de la renommée... une niche l’y attend pour sûr !!!

Le gros cogneur des Angels n’a pas été en mesure de récupérer la balle du circuit de son 2000e point produit, car le partisan des Tigers qui l’a en sa possession y tient mordicus. Il ne veut pas s’en défaire, peu importe le montant d’argent qu’on pourrait lui offrir.

Et Pujols ne lui en veut pas, précisant que c’est sa prérogative.

Sauf que le partisan en question, Ely Hydes, sera toujours le seul à savoir qu’il possède cette balle historique puisque le baseball majeur ne peut certifier qu’elle est bien celle du circuit de Pujols, puisqu’il a quitté le stade des Tigers avec.

Gérants déjà sur la sellette

Alors qu’on complète le deuxième mois de la saison 2019, quelques gérants sentent déjà la soupe chaude...

Dans la Ligue nationale, Dave Martinez en est à sa deuxième saison à la tête des Nationals de Washington et il découvre de plus en plus qu’il est plus difficile d’être gérant qu’un adjoint.

L’ancien bras droit de Joe Maddon a mené son club à une fiche de 82-80 l’an dernier et cette saison, les Nationals sont loin de jouer pour une moyenne de ,500.

Deux autres gérants de la division Est de la Nationale sont aussi sur la sellette, soit Don Mattingly, des Marlins de Miami et Mickey Callaway, des Mets de New York.

Mattingly, bien qu’il soit un grand copain du nouveau propriétaire Derek Jeter, va probablement survivre jusqu’à la fin de la campagne, mais il est permis de douter qu’il soit de retour à la barre de son équipe en 2020.

Quant à Callaway, bien qu’il ait obtenu un vote de confiance de son nouveau directeur gérant Brodie Van Wagenen, il pourrait bien se retrouver au chômage à la pause du match des étoiles s’il ne redresse pas sa barque.

Et de plus, il vient de perdre Yoenis Cespedes pour au moins deux mois et Robinson Cano est aussi sur la touche.

Enfin, on sait déjà que les Giants de San Francisco auront un nouveau gérant l’an prochain puisque Bruce Bochy a annoncé qu’il prenait sa retraite à la fin de la saison.

Dans la Ligue américaine, Scott

Servais, des Mariners, pourrait bien ne pas compléter sa quatrième saison, car l’an dernier il a mené son club à 89 victoires et cette saison, sa troupe bataille avec les Angels pour le dernier dans de la division Ouest.

Chez les Royals de Kansas City, il semble de plus en plus évident que la reconstruction de l’équipe ne se fera pas sous le coup de guide de Ned Yost, qui en est à sa 10e campagne à la tête de cette équipe.

Enfin, Rick Renteria ne devrait pas compléter sa troisième saison comme gérant des White Sox. Ils ont subi 100 défaites l’an dernier et ils ont peine à devancer les Tiger et les Royals au classement.

Joe Morgan : un cas unique

Rares sont les joueurs qui méritent un trophée MVP... et Joe Morgan est le seul joueur de deuxième but qui a gagné ce trophée tant convoité deux saisons consécutives !

Morgan a passé 22 saisons dans les majeures avec les Astros, les Reds, les Giants, les Phillies et les A’s, a participé à dix matchs des étoiles, gagné cinq Gants d’or et mérité trois trophées du joueur le plus utile à son équipe, dont deux dans des saisons successives, soit en 1975 et 1976 avec les Reds.

Morgan peut aussi se vanter d’avoir réussi 689 vols de buts en carrière et de n’avoir été retiré qu’en 162 occasions.

Deux records pour Joey Gallo

Qui dit qu’il est plus difficile de frapper un circuit qu’un simple ?

Sûrement pas Joey Gallo, des Rangers du Texas, qui a claqué le 100e circuit de sa carrière le 8 mai dernier alors qu’il ne revendique que 93 simples !

Gallo est le seul à avoir accompli cet exploit et il est aussi devenu le joueur à avoir réussi 100 circuits le plus rapidement de l’histoire dans la Ligue américaine.

Jusqu’ici, Mark McGwire détenait ce record avec 100 longues balles à ses 393 premiers matchs tandis que dans la Nationale, Ryan Howard avait cogné 100 circuits en 325 rencontres.

Gallo a accompli l’exploit en 377 matchs.

L’étrange saison de Napoléon Lajoie

Nap Lajoie a évolué durant 21 saisons dans les majeures et en 1906, il a connu une saison peu ordinaire.

En effet, l’ancien joueur de deuxième et premier but avait dominé la Ligue américaine avec 214 coups sûrs, 48 doubles et neuf triples, sans toutefois réussir un seul coup de circuit !

L’exploit de trois recrues des Nationals

Les Nationals de Washington ont amorcé un mouvement de jeunesse cette saison et trois de leurs recrues ont réussi un exploit le 28 avril dernier alors qu’ils sont devenus les trois premiers joueurs âgés de 21 ans ou moins à claquer un circuit au cours d’un même match.

Lors de ce match, Victor Robles et Carter Kieboom étaient tous les deux âgés de 21 ans tandis que Juan Soto n’avait que 20 ans.

Aucune équipe, depuis les Marlins de la Floride de 1997, n’avait vu trois de ses joueurs, âgés de moins de 22 ans, à réussir des longues balles au cours d’une même rencontre.