/sports/football/alouettes
Navigation

Un premier test pour les quarts-arrière des Alouettes

Un premier test pour les quarts-arrière des Alouettes
Photo d'archives, Martin Chevalier

Coup d'oeil sur cet article

La lutte est féroce dans la course pour l’obtention du poste de quart-arrière partant des Alouettes de Montréal en vue de la prochaine saison de la Ligue canadienne de football (LCF) et les quatre candidats auront une première occasion de faire leurs preuves jeudi contre les Argonauts de Toronto. 

«C’est une bataille à quatre et personne ne semble vouloir lâcher le morceau», a analysé André Bolduc, entraîneur des demis à l’attaque des Oiseaux. 

Antonio Pipkin a entamé le camp d’entraînement, qui se déroule au stade Percival-Molson, en position de tête, mais il est chauffé de près par Matthew Shiltz, Jeff Mathews et Vernon Adams fils. 

Ces quatre athlètes auront peu de temps pour se démarquer, mais ils profiteront du même temps de jeu pendant le premier match préparatoire, à Toronto. 

«Ils vont chacun disputer le même nombre de jeux», a expliqué l’entraîneur-chef Mike Sherman. 

Évaluation 

Le pilote pourrait permettre à chacun de ses passeurs de diriger l’attaque pendant un quart contre les Argonauts. Il pourrait aussi les retirer du match pour ensuite les renvoyer dans la mêlée. 

«Je n’aime pas beaucoup l’idée de demander à un joueur de revenir au banc pour ensuite l’utiliser de nouveau, mais nous tenons à ce que le nombre de jeux soit réparti de manière égale entre tous les quarts pour bien les évaluer.» 

Après la rencontre de jeudi dans la Ville Reine, Sherman devrait déjà avoir une petite idée de l’identité du pivot à qui il donnera le contrôle de l’attaque au moins en début de saison. 

Les Alouettes disputeront leur dernier match préparatoire le 6 juin à Montréal contre le Rouge et Noir d’Ottawa avant d’entamer la campagne au domicile des Eskimos d’Edmonton, le 14 juin. 

La défense s’ajuste 

Si les joueurs offensifs des Alouettes n’ont pas eu à s’adapter à une nouvelle stratégie en raison du retour du coordonnateur offensif Khari Jones, la situation est différente du côté de la défense. 

L’embauche de Bob Slowik, qui a longtemps travaillé dans la NFL, notamment pour Sherman avec les Packers de Green Bay, comme coordonnateur défensif, a amené son lot de changements. La transition s’est toutefois faite en douceur. 

«"Slow" présente ses stratégies d’une façon que nous pouvons comprendre en utilisant une terminologie avec laquelle nous sommes familiers», s’est réjoui Woody Baron, une belle surprise en 2018 pour les Alouettes à la position de plaqueur défensif. 

À part un passage comme entraîneur invité en 2018 avec les Alouettes, Slowik n’avait jamais été entraîneur dans la LCF avant cette année. Son manque d’expérience ne semble pas ennuyer ses joueurs. 

«Il sait ce qu’il fait, a affirmé l’ailier défensif Gabriel Knapton. J’aime la défense qu’il est en train d’installer. Elle concorde bien avec le groupe que nous avons.» 

Attention aux erreurs 

Le principal intéressé indique qu’il est encore un peu trop tôt pour savoir quel genre de visage la défense des Moineaux présentera au reste de la LCF pendant la saison. Toutefois, une chose est sûre: il ne veut pas d’une unité qui se tire dans le pied. 

«Je ne veux pas que nous nous battions nous-mêmes, a indiqué Slowik. Si nous perdons, je veux que ce soit parce que l’autre équipe a mieux joué et non parce que nous avons donné des touchés gratuits à cause d’un manque de communication ou d’une assignation ratée.» 

Les Alouettes ont concédé le plus grand nombre de points dans la LCF en 2017 et le deuxième plus haut total en 2018. Reste à savoir si la nouvelle défense de Slowik pourra renverser cette tendance.