/finance/business
Navigation

La Caisse de dépôt mise gros sur les jeux d’argent en ligne

L’institution aide la québécoise Nuvei à faire une acquisition de 1,2 milliard $

Nuvei
Photo tirée de Linkedin Au milieu des années 1990, Teddy Sagi a été reconnu coupable de fraude et de corruption et a été emprisonné.

Coup d'oeil sur cet article

La Caisse de dépôt et placement s’apprête à investir 242 millions $ dans une entreprise québécoise pour l’aider à mettre la main sur une firme de traitement de paiements pour sites de jeux d’argent en ligne, basée dans un paradis fiscal.

Ce sera la première incursion significative de l’institution dans ce secteur qui présente des risques particuliers, notamment en ce qui a trait au blanchiment d’argent. Relativement peu connue, la montréalaise Nuvei déboursera plus de 1,2 milliard $ pour prendre le contrôle de SafeCharge International, une société établie dans l’île anglo-normande de Guernesey, une dépendance de la Couronne britannique qui a les attributs d’un paradis fiscal.

« Nous sommes très enthousiastes à l’idée de regrouper SafeCharge et Nuvei, ce qui créera un vrai leader mondial de taille importante dans le domaine des solutions de technologies de paiement, a déclaré le fondateur et PDG de Nuvei, Philip Fayer. Nos entreprises sont hautement complémentaires, tant sur les plans de la géographie, de la technologie, des secteurs d’activité que des clients. »

Grosse bouchée

Avec cette acquisition, Nuvei fera plus que doubler sa taille. L’an dernier, SafeCharge a enregistré des revenus de 250 millions $ contre un peu plus de 200 millions $ pour Nuvei. Cette dernière est toutefois beaucoup plus rentable que SafeCharge.

Les principaux clients de SafeCharge sont des exploitants de jeux de hasard, dont les poids lourds britanniques William Hill et GVC. Au cours des dernières années, l’entreprise a toutefois pris de l’expansion dans d’autres secteurs qui représentent aujourd’hui plus de la moitié de ses revenus.

« Safecharge opère seulement dans des juridictions où ces activités sont réglementées et permises », a tenu à préciser un porte-parole de la Caisse, Yann Langlais Plante.

Fondée en 2003, Nuvei est pour l’instant absente de l’industrie du gambling, privilégiant plutôt le commerce de détail et le commerce en ligne.

Premier investissement en 2017

En 2017, la Caisse avait réalisé un premier investissement de 120 millions $ dans Nuvei, ce qui lui avait donné une participation de 23 % dans l’entreprise, alors appelée Pivotal Payments.

En réinjectant 242 millions $ dans Nuvei, la Caisse financera un peu plus de 20 % de la transaction avec SafeCharge. L’investissement prendra la forme d’actions privilégiées (29 millions $) et de débentures (213 millions $).

Le fonds québécois Novacap (87 millions $) et M. Fayer (47 millions $) participeront également au montage financier, tout comme la Banque de Montréal, qui mettra près de 1,3 milliard $ de prêts à la disposition de Nuvei.

SafeCharge en 2018

  • Transactions traitées : 255 millions
  • Valeur des transactions traitées : 14 milliards $ US
  • Revenus: 139 M$ US
  • Profits net : 25 M$ US
  • Employés : 400

UN GROS GAIN POUR LE CONTROVERSÉ TEDDY SAGI

Teddy Sagi
Photo courtoisie
Teddy Sagi

L’Israélo-Chypriote Teddy Sagi, qui a fondé SafeCharge en 2006, fera un joli profit de plus de 200 millions $ US (270 millions $ CA) en vendant sa firme à la québécoise Nuvei.

En fait, son gain sera encore plus juteux puisque ce calcul se base sur la valeur de SafeCharge lors de son entrée en Bourse à Londres, en 2014. Les actions de M. Sagi dans l’entreprise s’étaient déjà fortement appréciées, mais on ne sait pas précisément de combien.

« Je suis très fier que SafeCharge ait attiré l’intérêt d’un investisseur international du calibre de Nuvei », s’est félicité Teddy Sagi dans un communiqué publié la semaine dernière.

M. Sagi est devenu milliardaire avec Playtech, une entreprise de développement de logiciels pour les plateformes de jeux d’argent en ligne qu’il a fondée en 1999 et dont il s’est complètement départi l’an dernier. SafeCharge est une ancienne division de Playtech.

La carrière de Teddy Sagi avait commencé avec fracas : en 1996, alors qu’il était dans la vingtaine et qu’il était cadre dans une grande banque israélienne, il avait été reconnu coupable de fraude et de corruption et avait purgé une peine de neuf mois d’emprisonnement.

Au cours des dernières années, Teddy Sagi a redirigé ses investissements vers l’immobilier, les espaces de travail partagés, les nouvelles technologies et le commerce électronique. Il a notamment mis la main sur le célèbre marché Camden de Londres pour 1 milliard $.