/sports/hockey
Navigation

Un duo d’impact

Parayko et Bouwmeester font un travail remarquable face aux Bruins

Jay Bouwmeester et Colton Parayko ont muselé le gros trio des Bruins lors des deux premiers matchs de la finale.
Photo AFP Jay Bouwmeester et Colton Parayko ont muselé le gros trio des Bruins lors des deux premiers matchs de la finale.

Coup d'oeil sur cet article

ST. LOUIS | Carl Gunnarsson a marqué le premier but de sa carrière en séries à son 57e match. Dans l’ombre la majorité de sa carrière, le défenseur suédois a eu son heure de gloire avec les médias depuis qu’il a déjoué Tuukka Rask en prolongation, lors de la deuxième rencontre de la finale de la Coupe Stanley.

Mais deux autres défenseurs des Blues ont joué un rôle aussi colossal dans ce gain de 3 à 2 face aux Bruins. Il s’agit du vétéran Jay Bouwmeester (6 pi 4 po et 206 lb) et du jeune Colton Parayko (6 pi 6 po et 230 lb).

Pour un deuxième match d’affilée, Craig Berube a misé sur ce duo pour ralentir le premier trio des Bruins, celui de Patrice Bergeron, Brad Marchand et David Pastrnak. Pour l’instant, Berube a la main heureuse avec Bouwmeester et Parayko puisque les canons des Bruins n’ont toujours pas rugi. Depuis le début de la finale, seul Marchand a marqué, mais c’était dans un filet désert.

« Nous avons utilisé différents trios contre celui de Bergeron, mais la majorité du temps, nous avons fait confiance à Bouwmeester et Parayko à la ligne bleue contre eux, a rappelé Berube. Ils se placent dans leur chemin, ils sont deux gros défenseurs. »

« Ils sont deux bons patineurs et ils limitent le temps et l’espace contre eux, a-t-il poursuivi. C’est la clé. »

Bonnes séries

La confiance de Berube envers son duo de défenseurs se lit également par leur temps de jeu. Parayko a été le défenseur le plus utilisé des Blues lors des deux premiers matchs contre les Bruins, avec 26 min 11 s et 27 min 40 s.

Bouwmeester, quant à lui, a joué 24 min 06 s lors du premier match et 25 min 41 s lors de la seconde rencontre.

« Ils sont ma paire de défenseurs la plus fiable pour jouer contre les meilleurs trios adverses, a mentionné Berube. C’est comme ça depuis assez longtemps. Ils font un très bon travail. Ils ont une belle complicité sur la glace et ils s’aident constamment. »

Sans Sundqvist

Les Blues ont par ailleurs perdu un élément important pour leur retour à la maison lors du troisième match de la finale. Oskar Sundqvist, le centre du quatrième trio, a reçu une suspension d’un match pour sa mise en échec à la tête contre le défenseur Matt Grzelcyk.

Ce dernier a subi une commotion cérébrale et a dû quitter le match en première période.

Depuis le début des séries, Sundqvist remplissait un rôle important au sein du quatrième trio des Blues avec Alexander Steen et Ivan Barbashev. En 21 rencontres, le grand centre de 6 pi 3 po a amassé 9 points (4 buts, 5 passes), en plus de présenter un différentiel de +8.

« Il pourrait s’agir d’un bon test pour notre profondeur, a reconnu le centre Ryan O’Reilly. Mais je crois que nous avons de bons joueurs à toutes les positions. Plusieurs gars peuvent intégrer notre formation et réaliser un bon boulot. Ce serait difficile de perdre un joueur, mais nous avons confiance. »